On compte actuellement 2,6 cotisants par retraité. Ce ratio passera à 1,7 cotisant par retraité en 2028, puis à 1,6 cotisant par retraité en 2048. Le nombre d'enfants par femme d'une même génération, qui se situe à 1,63 en 2012, atteindra son niveau maximal de 1,82 en 2026 et diminuera par la suite pour atteindre 1,65 en 2049.

Régime des rentes du Québec: un bond jusqu'en 2062!

En 2062 - oui, en 2062, vous avez bien lu! -, la population du Québec atteindra 9,6 millions de personnes, soit 1,6 million de plus qu'en 2012. À compter de 2050, il y aura moins de deux personnes âgées de 20 à 64 ans pour chaque personne âgée de 65 ans et plus. À compter de 2031, le nombre de décès sera supérieur au nombre de naissances. Mais puisque la somme des naissances et le solde migratoire demeureront plus élevés que le nombre de décès, la population du Québec continuera d'augmenter jusqu'en 2062.
L'exercice d'évaluation actuarielle du Régime des rentes du Québec auquel s'est récemment prêté l'actuaire en chef de la Régie des rentes du Québec (RRQ), Georges Langis, et son équipe peut ressembler à une oeuvre de science-fiction.
Dessiner le Québec de 2062. Qui l'habitera et combien seront-ils?
La projection de la population sert en effet de base pour déterminer le nombre de cotisants à la RRQ et le nombre de nouveaux bénéficiaires qui recevront une prestation de retraite, de survie ou d'invalidité. Elle permet également d'estimer la durée de la période de paiement des prestations. On compte actuellement 2,6 cotisants par retraité. Ce ratio passera à 1,7 cotisant par retraité en 2028, puis à 1,6 cotisant par retraité en 2048.
«Le nombre de personnes âgées de 20 à 64 ans, estimé à 5 046 000 en 2013, s'élève à un peu plus de 5 079 000 en 2017 et diminue par la suite jusqu'en 2030 pour se situer à 4 886 000», révèle l'évaluation actuarielle. «Ensuite, on observe une augmentation atteignant 5 063 000 en 2044, puis une légère variation jusqu'à la fin de la période de projection. La baisse observée jusqu'en 2030 illustre essentiellement la transition des personnes issues du baby-boom, qui se retrouvent désormais dans la catégorie des 65 ans et plus.»
C'est particulièrement l'évolution du rapport entre la population âgée de 60 ans et plus et celle âgée de 20 à 59 ans qui est davantage «pertinente» au regard du Régime de rentes étant donné qu'elle fournit une mesure de l'évolution du rapport entre le nombre de bénéficiaires de la rente de retraite - qui est accessible à partir de 60 ans - et le nombre de cotisants. «Dès 2019, il y aura moins de deux personnes âgées de 20 à 59 ans pour chaque personne âgée de 60 ans et plus», a souligné M. Langis qui confirmait, le 5 décembre, que le régime «se portait bien financièrement», mais qu'il n'était pas à l'abri des risques reliés à l'environnement économique, démographique et financier. La réserve du régime, au 31 décembre 2012, était de 39,5 milliards $, soit 3,3 fois les sorties de fonds de 2013.
En 2012, les quatre millions de cotisants au régime ont versé 11,9 milliards $, alors que les 1,7 million de bénéficiaires ont reçu des prestations de 11,2 milliards $.
****************************
Des Québécois de plus en plus âgés
L'espérance de vie à 65 ans s'est accrue de 41 % pour les hommes entre 1966 et 2010, passant de 13,2 à 18,7 ans. Pour les femmes, l'espérance de vie à 65 ans a grimpé de 15,9 à 21,7 ans, soit 36 %, durant le même laps de temps. En résumé, en 2010, l'espérance de vie à la naissance était de 79,4 ans chez les hommes et de 83,5 ans chez les femmes.
«Il en résulte ainsi un accroissement significatif des sorties de fonds du Régime, puisque la durée de versement des prestations augmente avec l'allègement de l'espérance de vie», souligne la RRQ.
Or, selon elle, les Québécois n'ont pas fini de vieillir et de vivre vieux.
En effet, selon ses projections, de 2013 à 2062, l'espérance de vie à la naissance passera de 80 à 85,6 ans pour les hommes et de 83,9 à 88,3 ans pour les femmes.
«L'augmentation annuelle de l'espérance de vie au début de la période de projection reflète l'augmentation observée au cours des dernières années», fait-on remarquer. «Par la suite, le rythme d'augmentation est ralenti graduellement, car il est impossible que certaines causes de mortalité ne puissent être réduites au-delà d'un certain point et que la diminution de la fréquence de certaines maladies ait comme effet d'augmenter la fréquence d'autres maladies. Par ailleurs, les retombées des nouvelles technologies, des recherches en génétique et des nouveaux médicaments sur l'espérance de vie sont difficiles à évaluer. Les habitudes de vie et l'environnement semblent, à ce jour, être des facteurs plus déterminants sur la mortalité des individus.»
Durant les années 50, l'indice de fécondité des Québécoises se situait en moyenne à quatre enfants.
«Après une chute prononcée au cours des années 60, l'indice de fécondité a atteint un niveau de 2,1 enfants par femme en 1970, soit le seuil permettant le remplacement de la population en l'absence de migration», rapporte la RRQ. «La diminution s'est poursuivie à un rythme beaucoup plus faible pour atteindre un creux de 1,36 enfant par femme en 1987. Par la suite, l'indice a augmenté, atteignant 1,67 en 1992, puis il a diminué de nouveau jusqu'à 1,45 en 2000. Au cours des dernières années, il a augmenté, pour atteindre 1,74 en 2008 et en 2009, à la suite de l'introduction en 2006 du Régime québécois d'assurance parentale. La hausse des dernières années de l'indice de fécondité semble s'être stabilisée, puisqu'il se situe à 1,69 en 2011.»
Les projections de la Régie montrent que l'indice de fécondité passera de 1,68 en 2012 à 1,65 en 2018, puis il demeurera constant par la suite. «Ainsi, le nombre d'enfants par femme d'une même génération, qui se situe à 1,63 en 2012, atteindra son niveau maximal de 1,82 en 2026 et diminuera par la suite pour atteindre 1,65 en 2049.»
En ce qui a trait au solde migratoire du Québec, il demeurera positif, mais stable d'ici 2062.
Pour en savoir plus sur la dernière évaluation actuelle du Régime de rentes : http://www.rrq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/www.rrq.gouv.qc/Francais/publications/regime_rentes/EA2012.pdf