Julie Bédard
Julie Bédard

Regards sur 2019... et 2020: «La collaboration est de mise» — Julie Bédard

Pénurie de main-d’œuvre, réseau de transport structurant, troisième lien : à eux seuls, ces trois sujets pourraient résumer une bonne partie des préoccupations des chefs d’entreprises et des dirigeants d’organismes économiques en 2019… et celles qui retiendront leur attention en 2020. Le Soleil a demandé à différents intervenants de la communauté d’affaires de dresser un bilan de la dernière année et de se tourner vers l’avenir.

Julie Bédard, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec

1. Quelle est la nouvelle économique régionale qui a le plus retenu votre attention en 2019?

«Plutôt qu’une nouvelle, je parlerais d’un thème : la mobilité. La quasi-totalité des aspects de la mobilité a été traitée dans l’actualité en 2019 : les liaisons aériennes, le réseau de transport structurant, le train à grande fréquence de VIA Rail, le troisième lien, le Pont de Québec, le projet Laurentia.»

2. Quel chiffre symbolise l’année qui se termine à vos yeux?

«2,7 %. C’est le taux de chômage dans la Capitale-Nationale que nous avons connu au mois de juillet et qui était alors à son plus bas en 2019 selon Services Québec. Ce chiffre est révélateur quant à l’ampleur de la crise de pénurie de main-d’œuvre que nous connaissons actuellement. Il représente d’ailleurs l’un des taux les plus bas au Canada. C’est un problème criant, c’est une situation urgente et les solutions tardent à être mises en place.»

3. Quels sont vos souhaits pour le milieu des affaires de Québec en 2020?

«Que toutes les organisations de développement économique de Québec continuent de travailler avec une vision commune au bénéfice de l’ensemble de la communauté d’affaires. La collaboration est de mise pour affronter une pénurie grandissante.»

4. Quel sera le dossier chaud dans la région l’an prochain?

«Il est évident, par les réponses précédentes, que le dossier chaud sera la pénurie de main-d’œuvre. Trop de questions sont encore sans réponses. Travailleurs étrangers, travailleurs d’expérience, personnes bénéficiant d’un programme d’assistance sociale, personnes atteintes d’un handicap, les pistes de solutions sont nombreuses. Comment doit-on prioriser? Qui doit-on cibler d’abord? Comment pouvons-nous accompagner rapidement les entreprises à faire face à cette pénurie?»

5. Quels sont vos principaux projets pour 2020?

«Poursuivre notre rôle de leader d’influence de la communauté d’affaires de Québec tout en répondant à des besoins d’accompagnement, d’écoute et de rayonnement. Nous souhaitons d’ailleurs propulser la deuxième édition de RESO360 encore plus loin. Nous lancerons également deux nouveaux programmes d’accompagnement, soit Leadership d’influence et Conscience d’affaires, un premier programme axé sur le développement durable pour les entreprises.»