L'acheminement de pales par train coûtera moins cher aux clients de LM Windpower quand ces pales pourront être chargées à Gaspé au lieu de New Richmond.

Réfection de la voie ferrée en Gaspésie: un mouvement populaire pour faire bouger les choses

GASPÉ — Un mouvement populaire est lancé en Gaspésie afin de convaincre le gouvernement de François Legault d’accélérer la réfection de la voie ferrée et de garantir la réouverture du chemin de fer jusqu’à Gaspé avant 2026. Ce mouvement, venant des partis d’opposition, mais aussi des groupes citoyens, débouchera sur un grand rassemblement à Gaspé le 18 août.

Les organisateurs veulent rappeler à la Coalition avenir Québec que de grands projets coûtant des dizaines de fois les frais de réfection du chemin de fer Matapédia-Québec sont réalisés en trois ou quatre ans, et que les Gaspésiens ont déjà attendu des années avant que cette réfection s’enclenche.

«À la suite de l’annonce de M. Legault, qui disait que ça prendrait sept ans avant de revenir à Gaspé, on a dit non. On a approché les autres partis d’opposition. Finalement, on a choisi d’en faire un mouvement populaire, à la gare intermodale de Gaspé, le 18 août, en appui au train», précise Line Beaudin, membre du Parti québécois, mais aussi militante du Comité de sauvegarde du transport de Percé.

Présentement, le chemin de fer gaspésien n’est ouvert qu’entre Matapédia et Caplan, soit 40 % des 325 kilomètres séparant Matapédia de Gaspé. Seuls les trains de marchandises circulent sur la portion ouverte. La croissance de ce trafic est soutenue depuis 2015. Le service de train de passagers de VIA Rail est suspendu depuis septembre 2013 en raison de l’état de certains ponts.

Le réseau appartient depuis le printemps 2015 au ministère des Transports du Québec, qui a mis quatre ans avant de démarrer, cette année, des travaux majeurs de remplacement de deux ponts, pour 22,4 millions $, même si la pression d’accélérer le pas est exprimée régionalement depuis des années.

Le gouvernement libéral précédent avait annoncé 100 millions $ en mai 2017 pour cette réfection, mais le décaissement de cet argent a été lent.

«À Gaspé, c’est maintenant qu’on a besoin du retour du train de marchandises, du train de passagers et du train touristique. Ça fait presque huit ans que le service de VIA Rail est suspendu [à l’est de New Carlisle]. Nos industries, comme LM [Wind Power, le fabricant de pales éoliennes] et la cimenterie de Port-Daniel ont besoin du train», ajoute Mme Beaudin.

Présentement, LM Wind Power doit acheminer ses pales et Ciment McInnis doit transporter son ciment par camion jusqu’à New Richmond, donc jusqu’à la partie qui n’a pas été mise en dormance par Transports Québec en 2015. Ce transport routier coûte significativement plus cher que le rail, ce qui nuit à la capacité concurrentielle de ces usines. LM emploie 500 personnes et Ciment McInnis en embauche 153.

Changements climatiques

Bernard Babin milite depuis plus de quatre ans au sein de la Coalition des Gaspésiens pour le retour du train, en maintenant constamment la pression sur le gouvernement du Québec pour accélérer la réfection de la voie ferrée.

«Quand on pense aux changements climatiques qui affectent notre planète, il faut dès maintenant être sensible aux signaux d’alerte que les scientifiques nous envoient et poser des gestes concrets afin de réduire les gaz à effet de serre. Le train devient alors un moyen de transport qui apporte une solution en réduisant de cinq à six fois la consommation de pétrole pour le transport des personnes et des marchandises. Nos routes sont de plus en plus congestionnées par la circulation automobile et par les camions, ce qui entraîne des coûts d’entretien faramineux. Nous devons rapidement penser à des moyens de transport plus respectueux de l’environnement et de notre capacité de payer», signale M. Babin.

La réfection de l’axe Caplan-Port-Daniel devrait être conclue en 2021. Cette portion jouit d’un statut de «dossier d’affaires», ce qui signifie que des investissements peuvent y être réalisés.

Luc Lévesque, directeur de la Société du chemin de la Gaspésie, une entité sous contrôle municipal qui exploite les trains de marchandises, précise que pour accélérer la réfection jusqu’à Gaspé, «il faut que la portion Port-Daniel-Gaspé obtienne aussi un statut de dossier d’affaires. Présentement, Port-Daniel-Gaspé est en “étude d’opportunités”. Il ne peut pas y avoir d’investissement en réfection quand une portion du réseau a ce statut».

Il faut donc que le conseil des ministres accorde un statut de dossier d’affaires à l’axe Port-Daniel-Gaspé pour réduire le temps de réfection de l’ensemble du tronçon, ajoute M. Lévesque. «Ce que les politiciens peuvent faire, c’est d’enlever les bâtons dans les roues.»

Il n’ose pour le moment prédire de combien d’années le Bureau québécois des infrastructures, à qui le gouvernement Couillard avait confié la réfection de l’emprise ferroviaire gaspésienne en 2017, pourrait couper le délai de sept ans exprimé par François Legault le 25 avril en Gaspésie.

«Ça va prendre plus d’argent aussi, mais les chiffres ne sont pas sortis. Les chiffres que j’entends à Transports Québec, c’est que ce sera plus proche de 200 millions $ que de 100 millions $», note M. Lévesque.

***

MOBILISATIONS NÉCESSAIRES

La protection des services ferroviaires en Gaspésie a souvent nécessité l’émergence de mouvements populaires. 

Au début de 1994, Dignité rurale avait organisé deux jours d’audiences publiques pour mobiliser les citoyens et les organismes à la menace que Transports Canada faisait planer sur le train de passagers de VIA Rail, pourtant le plus achalandé, et de loin, des trains régionaux du transporteur public. 

Le 28 janvier 2006, près de 450 personnes ont pris ce train vers Gaspé afin de manifester leur appui à la sauvegarde de tout le tronçon, menacé par la baisse draconienne du trafic de marchandises à l’époque. 

Depuis 2015, la Coalition des Gaspésiens pour l’avenir du train mène également une campagne continue de sensibilisation aux avantages du transport ferroviaire à des fins économiques, sociales et environnementales.