Le président de la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise, Luc Godbout, a présenté jeudi son rapport, qu'il souhaite voir devenir «un guide» pour le gouvernement. 

Rapport Godbout: Coiteux évasif sur l'application des recommandations

Le rapport Godbout sur la fiscalité doit faire l'objet d'un débat de société, selon le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, qui refuse toutefois de confirmer que Québec n'agira pas de façon précipitée vis-à-vis certaines recommandations.
M. Coiteux n'a pas voulu dire vendredi si certaines des 71 recommandations du volumineux rapport déposé la veille pourraient se retrouver dans le budget du gouvernement Couillard, qui sera déposé dans moins d'une semaine.
Dans son ouvrage, la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise propose une baisse de 4,4 milliards $ de l'impôt sur le revenu des particuliers en contrepartie d'une hausse des tarifs et des taxes.
Elle suggère entre autres de faire passer à 11 % le taux de la TVQ - qui frôle les 10 % à l'heure actuelle - ainsi que le taux de la taxe sur les primes d'assurance.
En marge d'une allocution devant la Jeune chambre de commerce de Montréal, M. Coiteux a timidement commenté le contenu du rapport, répétant à plusieurs reprises qu'il fallait prendre le temps de l'étudier et d'en débattre.
Le président du Conseil du trésor n'a pas voulu dire non plus si le gouvernement Couillard pourrait, par exemple, être tenté d'augmenter la TVQ avant de réduire l'impôt sur le revenu des particuliers.
«Il ne faut pas commencer à regarder des mesures spécifiques, a-t-il dit, lorsque questionné sur cette possibilité. Il faut prendre le rapport et en débattre dans son ensemble.»
Selon M. Coiteux, le débat sur l'ouvrage de la commission pilotée par le fiscaliste Luc Godbout devrait se faire au cours des «prochaines semaines» et des «prochains mois».