Bernard «Rambo» Gauthier

«Rambo» revient à la charge

Bernard «Rambo» Gauthier fourbit ses armes en vue de défendre à nouveau l'intérêt des travailleurs nord-côtiers, qui sont à son avis trop peu présents sur les chantiers de la région.
Cette fois-ci, le leader syndical et ses troupes bloqueront la route 138, seule artère routière reliant la Côte-Nord au reste du Québec, à tous les entrepreneurs venus de l'extérieur pour travailler notamment au mégacomplexe hydroélectrique La Romaine, à l'est de Havre-Saint-Pierre. Le coup d'éclat prévoit des barrages routiers à différents endroits entre la Manicouagan et la Minganie.
«Ça prend un aveugle pour ne pas s'apercevoir de ce qui se passe dans notre région», martèle Bernard Gauthier au bout du fil. «Ça n'a pas de bon sens, on est le deuxième plus haut taux de chômage avec un projet de 7,2 milliards $ dans la cour.» Représentant quelque 600 opérateurs de machinerie lourde de la région, le syndicaliste estime que 65 % de ses membres ne trouvent pas de travail, actuellement.
«Je suis tanné de voir du monde venir pleurer dans mon bureau, en disant qu'ils viennent d'aller porter leurs clés de maison! Dans une région-ressource comme la nôtre, c'est un non-sens!» poursuit-il, avec l'aplomb qu'on lui connaît désormais. «C'est le temps qu'on se réveille, on est en train de tout perdre.»
«Rambo» Gauthier dit avoir récolté l'appui de centaines de travailleurs au cours de sa tournée des villes et des communautés innues de la Côte-Nord, qui a pris fin mardi à Uashat. Selon lui, au moins 1500 ouvriers de tous azimuts ont été rencontrés. Des entrepreneurs en construction seraient aussi derrière lui, et auraient déjà fait savoir qu'ils libéreraient leurs employés le 25 juin. «Ça les touche aussi.»
Bernard Gauthier en a surtout contre la fameuse clause de la mobilité provinciale dans la construction, qui permet à un entrepreneur de l'extérieur d'exécuter des travaux avec sa propre main-d'oeuvre. Le représentant syndical réclame que les Nord-Côtiers soient majoritaires «chez eux» dans une proportion de 70%.
«Aveuglement volontaire»
Selon lui, le gouvernement fait de «l'aveuglement volontaire» même s'il a été mis au fait des particularités de la Côte-Nord par la Table régionale sur la main-d'oeuvre dans l'industrie, il y a plus d'un an. «Quand tu te fous des élus, tu te fous de nous autres», affirme Bernard Gauthier, qui croit que la Côte-Nord est désavantagée par son nombre d'électeurs moins important que celui des grands centres et du Saguenay-Lac-Saint-Jean.
«Si le gouvernement veut parler de démocratie, il va falloir qu'il commence par nous respecter et arrêter d'imposer ses lois mur à mur, qui font plaisir à ses petits amis, mais pas à nous autres. On nous exploite sans nous demander la permission, c'est terminé!» Bernard Gauthier n'est pas tendre non plus envers les députés péquistes de René-Lévesque et Duplessis qu'il compare «aux fantômes du forum».
«Ça ne fait pas mon affaire d'être là, le gouvernement a essayé de me tasser parce que j'étais une épine dans leur pied, mais il m'a donné une notoriété et les gens s'appuient après moi. On n'a plus de liens avec nos politiciens, on n'est pas capable de les atteindre, ils nous écoutent plus», conclut-il.
Bernard «Rambo» Gauthier assure que la circulation, à l'exception des véhicules d'entreprises de l'extérieur, ne sera pas perturbée. Le lieu des barrages routiers reste encore à définir.