Pour sa part, Loto-Québec indique que «la situation ne semble pas pour l’instant avoir un impact sur les activités» du Salon de jeux de Québec, car l’achalandage est en hausse.

Quel avenir pour Fleur de Lys?

Après les détaillants La Baie d’Hudson et Sears, c’est maintenant Brunet qui quittera le centre commercial Fleur de Lys. Ensemble, le trio occupait une superficie de près de 300 000 pieds carrés. Le défi s’annonce de taille pour la direction de l’établissement dans sa quête aux nouveaux locataires.

Dans une période où le marché du commerce de détail est appelé à se renouveler et traverse des mois plus sombres, les propriétaires de centres commerciaux de la région jouent du coude afin d’attirer de nouveaux visages dans leur établissement. Des dizaines de millions de dollars ont été injectés par le Groupe Oxford pour moderniser les Galeries de la Capitale et la situation est similaire du côté d’Ivanhoé Cambridge pour Laurier Québec et Place Ste-Foy. 

Au centre commercial Fleur de Lys, aucun investissement majeur pour rénover l’endroit n’a été réalisé depuis des années par les propriétaires, le consortium torontois KingSett Capital.

Il faut remonter en 2011 pour la dernière cure de jouvence, l’établissement avait entre autres revu sa signature. Le détaillant Zellers était alors encore présent dans le centre commercial. 

En l’espace de quatre mois, Fleur de Lys, qui possède une superficie locative de près de 865 000 pieds carrés, aura et verra disparaître de son décor La Baie d’Hudson (23 septembre), Brunet (fin de bail, le 13 octobre) et Sears (31 décembre). Lors du passage du Soleil, mercredi, on comptait plus d’une quinzaine de locaux vacants. Comme quoi les temps sont plus difficiles. 

Les bannières Sears (187 000 pi2) et La Baie d’Hudson (106 000 pieds carrés) occupaient les plus importants locaux en terme de superficie du centre commercial. Il est toutefois important de mentionner que Sears était propriétaire de sa section du bâtiment depuis 1963. 

D’ailleurs, il ne serait pas surprenant que la haute direction de Fleur de Lys tente de racheter ces locaux afin de garder un contrôle sur la qualité de ses locataires. 

Une possibilité que la directrice générale du centre commercial, Louise Gagnon, n’a toutefois pas voulu confirmer au Soleil

«Pour Brunet, nous avons une pharmacie dans le Walmart, alors notre clientèle conservera un service», note-t-elle. «Étant propriétaire de leur terrain et de leur bâtiment, Sears aura à gérer leur édifice. Je n’ai pas d’information à savoir si nous allons racheter leur site. Actuellement, nous nous concentrons sur La Baie», poursuit-elle, concédant que la situation représente un certain défi. Elle demeure toutefois optimiste pour l’avenir de l’établissement.

Négociations à Toronto

Mme Gagnon précise que les négociations pour dénicher de nouveaux joueurs pour le local de La Baie se déroulent présentement à Toronto. Elle refuse de dire si des projets de rénovation du centre commercial sont sur la table à dessin. 

En 2011, alors que l’établissement appartenait au fonds de placement immobilier Primaris, Fleur de Lys avait réclamé un changement de zonage à la municipalité au cas où il voudrait construire un hôtel dans le secteur de l’amphithéâtre.

Une idée qui plaît à Martin Boucher, propriétaire de 25 Sports Experts, dont celui de Fleur de Lys. L’homme d’affaires espère que les propriétaires du centre commercial profiteront de cette occasion pour repositionner l’établissement dans le marché québécois.

«C’est une belle occasion pour se réinventer. C’est beaucoup de pieds carrés et il y a plusieurs possibilités», dit-il, assurant que son magasin est en santé. «On peut ajouter une nouvelle vocation au centre. Il y a eu plusieurs rumeurs par le passé [hôtel et restaurants]. Est-ce que cette situation pourrait servir de coup d’envoi pour un projet? Pourquoi pas ?[...] Il y a plusieurs pistes potentielles, comme miser sur les familles avec une aire de jeux. Ce n’est pas déshonorant d’être le deuxième dans un marché. Cela serait un virage intéressant», poursuit-il.

Le grand patron concède toutefois que sans investissement des propriétaires, «cela va être plus difficile pour le centre de se démarquer dans le marché».

Loto-Québec confiante

Du côté de Loto-Québec, la société d’État indique que «la situation ne semble pas pour l’instant avoir un impact sur les activités» du Salon de jeux de Québec, car l’achalandage est en hausse. 

La Société se dit «confiante à l’effet que le dynamisme du centre commercial saura être maintenu».

Parmi les ouvertures à venir dans le centre commercial Fleur de Lys, Animalerie au poil occupera d’ici janvier un local d’environ 4000 pieds carrés.