Même si les indicateurs économiques sont au vert pour la région de Québec, le problème de la main-d'oeuvre sème l'inquiétude chez une majorité d'entrepreneurs.

Québec: les indicateurs économiques au vert

Demandez aux chefs d’entreprise de la région de Québec s’ils sont optimistes pour leur secteur d’activité en 2018, neuf d’entre eux sur dix vous répondront par l’affirmative. Dans la même proportion, ils vous avoueront toutefois avoir eu du mal à trouver de la main-d’oeuvre en 2017.

Ces chiffres apparaissent dans la traditionnelle Conjoncture 2018, une étude commandée par Québec International pour mesurer le degré de confiance des dirigeants d’entreprise sur les perspectives économiques de 2018, parue aujourd'hui. 

L’inquiétude causée par le recrutement et la rétention de la main-d’oeuvre en 2018 gagne du terrain, grimpant à 58 % alors qu’elle se chiffrait à 30 % l’an dernier. Il s’agit de l’inquiétude la plus partagée par les chefs d’entreprise interrogés, loin devant le carnet de commandes (18 %) et la situation économique aux États-Unis et les mesures protectionnistes mises de l’avant par l’administration Trump (14 %, contre 28 % en 2017). 

Parmi les dirigeants qui rencontrent des problèmes de recrutement, ils sont près des deux tiers à estimer que cette situation entrave la croissance de leur entreprise. La tendance à la hausse notée ces dernières années s’accentue, alors que la proportion se chiffrait à 55 % en 2017, contre 49 % en 2016. 

Malgré tout, l’enquête nous apprend que les dirigeants de la grande région de Québec sont plus confiants que jamais quant aux perspectives économiques pour l’année en cours. 

«L’économie de la région de Québec connaît une excellente période de croissance depuis plus de vingt-six ans. Selon ces prévisions, nos entreprises poursuivront leur expansion en 2018», a commenté le pdg de Québec International, Carl Viel.  

Indicateurs au vert

L’enquête révèle que depuis 2016, l’optimisme des dirigeants d’entreprise quant aux perspectives économiques dans la région de Québec suit une tendance à la hausse. Même chose pour l’indice de vitalité économique de l’économie canadienne et des perspectives pour l’économie mondiale. 

Les entreprises de la région seront plus nombreuses à investir, alors que 79 % des répondants ont dit vouloir faire des investissements dans leur compagnie cette année. Une majeure partie (57 %) de ces investissements sera dédiée en recherche et développement et une autre en informatique (54 %). 

On note également que la région est entrée dans un cycle expansionniste qui se poursuivra cette année, alors qu’on prévoit une hausse du PIB de 2,5 % ainsi qu’une croissance de l’emploi de l’ordre de 1 %. 

Exportation et diversification des marchés

Le sondage révèle par ailleurs que les deux tiers des répondants ont reconnu avoir fait des ventes hors Québec en 2017, ce qui représente la plus forte proportion calculée depuis 2012. Dans une proportion égale, les entrepreneurs ont confirmé avoir l’intention de diversifier leurs marchés au courant de l’année. Le reste du Canada (47 % des ventes totales), les États-Unis (34 %) et l’Europe (23 %) demeurent les principaux marchés ciblés. 

Problème de recrutement 

Le recrutement et la rétention de personnel reste le principal facteur problématique qui freine le possibilités de croissance de plusieurs entreprises. «Nous sommes conscients que la disponibilité de main-d’oeuvre est la principale préoccupation en 2018. Notre engagement envers le développement économique nous invite à mettre tout en oeuvre pour répondre à ce défi», a avancé M. Viel. 

Parmi les chefs d’entreprises questionnés, ils sont nombreux (77 %) à avoir indiqué leur volonté d’augmenter le nombre d’employés de leur compagnie. Ils sont majoritaires à souligner qu’ils le feront afin de combler les besoins en main-d’oeuvre occasionnés par une croissance de leurs activités.

Le sondage a été réalisé par la firme Léger entre le 8 et le 19 janvier 2018 auprès de 175 chefs d’entreprise de la région de Québec.