Le Groupe Qualinet s'engage à payer et respecter ses ententes avec ses créanciers garantis et offre 1 million $ aux autres créanciers, soit 9,7 % du montant en souffrance.

Qualinet présente son plan de survie

Le Groupe Qualinet a un plan pour émerger. L'entreprise s'engage à payer et respecter ses ententes avec ses créanciers garantis et offre 1 million $ aux autres créanciers, soit 9,7 % du montant en souffrance.
En janvier, incapable de faire face à ses obligations financières, l'entreprise spécialisée dans le nettoyage après sinistre se plaçait sous la protection de la Loi sur la faillite et l'insolvabilité. Elle avait 30 jours pour élaborer un plan de restructuration qui ne touchait pas à son réseau de franchisés. Il aura finalement fallu cinq mois pour trouver une solution. Cette dernière sera présentée aux créanciers le 12 juillet prochain à Québec. 
Actuellement, la compagnie doit près de 9,28 millions $ aux créanciers non garantis. Dans la proposition, il est important de mentionner qu'un montant estimé à 100 000 $ servira à payer les honoraires et débours du syndic, ainsi que le paiement des frais encourus par le tribunal. Ce qui signifie que les autres créanciers devraient se partager une cagnotte de 900 000 $.
Selon des documents du syndic autorisé en insolvabilité Raymond Chabot, publié le 22 juin, la dette de 9,28 millions $ de Qualinet comprend entre autres le montant du règlement, soit de 6 millions $, de la poursuite avec ses 32 ex-franchisés. Une entente hors cour confirmant le règlement devrait être finalisée avant l'assemblée du 12 juillet. 
Initialement, les ex-franchisés réclamaient des dommages-intérêts de l'ordre de 26,88 millions $. Ils estimaient que la compagnie leur avait fourni des prévisions de revenus irréalistes.
Investisseur externe
Afin de pouvoir présenter cette proposition et poursuivre ses activités, Qualinet a dû faire appel à un investisseur externe. Il n'a pas été possible d'avoir le nom de ce partenaire financier. L'entreprise n'ayant pas donné suite aux demandes d'entrevue du Soleil. Il a toutefois été possible d'apprendre que la compagnie souhaite poursuivre dans sa forme actuelle, soit avec des franchisés, et qu'aucune coupe de personnel n'est dans les plans.
Dans la liste des créanciers, on retrouve aujourd'hui 174 entreprises et individus. Au total, on dénombre 12 créanciers garantis (6,5 millions $), dont la Banque Royale du Canada (3,4 millions $) et la Banque de développement du Canada (2,7 millions $), ainsi que 147 créanciers non garantis, comme l'Aréna des Canadiens de Mont­réal (128 401 $), Cogeco Média (108 160 $), le ministère du Revenu (265 837 $) et le Fonds de solidarité FTQ (638 888 $). 
«L'argent sera distribué en fonction du pourcentage des sommes dues aux créanciers», précise Jocelyn Renaud, responsable du dossier chez Raymond Chabot. 
Quant à la division Qualinet Environnement, une entreprise distincte du Groupe Qualinet, qui était également touchée par cette requête, la société a déclaré faillite le 16 avril dernier. 
Pour expliquer sa situation financière précaire des derniers mois, la direction du groupe Qualinet indique dans le document avoir avancé près de 2 millions $ à Qualinet Environnement qui éprouvait des difficultés et que la division des franchises de nettoyeurs à sec n'a jamais donné les résultats escomptés, ce qui s'est traduit par une perte de 360 000 $ pour l'exercice terminé au 31 mars 2016 et d'environ 300 000 $ au 30 novembre dernier. 
Entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2017, Qualinet a enregistré des pertes financières de l'ordre de 1,29 million $. Depuis deux ans, les pertes totalisent environ 1,57 million $.
Si la proposition est approuvée, le paiement au syndic sera effectué dans les trente jours suivant l'expiration du délai d'appel du jugement final. «Nous considérons que la proposition est avantageuse pour l'ensemble des créanciers et recommandons donc son acceptation», conclut M. Renaud, dans son rapport. 
Malgré les procédures en cours, le Groupe Qualinet poursuit ses activités depuis janvier.
Note : L'assemblée générale des créanciers sera tenue au Bureau du surintendant des faillites du 1550, avenue D'Estimauville, 7e étage, le 12 juillet à 10h30.