La formation, un investissement avantageux

Pierre Théroux
Collaboration spéciale

Proximité PME présente des contenus qui mettent en valeur des approches et pratiques, d’ici et d’ailleurs, à la fois innovantes et inspirantes. À surveiller le samedi: des cas d’entreprises du Québec qui s’illustrent sur des enjeux importants du monde des affaires.

***

Au Québec, les entreprises ayant une masse salariale égale ou supérieure à 2 M$ ont l’obligation d’investir 1 % de cette somme en formation. Si cette «loi du 1 %» ne fait pas consensus, en raison notamment de ses contraintes administratives, la formation n’en demeure pas moins un investissement rentable et stratégique pour la croissance d’une entreprise, affirme le magazine français Cadre & Dirigeant.

Pour les PME, les programmes de formation des employés s’avèrent plus efficaces et plus économiques que s’engager dans un processus de recrutement, précise l’article, qui fait part d’une étude démontrant que la mobilité interne s’avère 50 % moins coûteuse par rapport à un exercice de recrutement externe.

La formation a aussi le net avantage de présenter moins de risques puisque l’employeur connaît déjà les compétences de ses travailleurs, ce qui n’est pas le cas pour une recrue. Un nouvel employé mettra aussi plus de temps à connaître l’entreprise et à se familiariser avec ses activités, ou encore à s’intégrer avec de nouveaux collègues et à s’acclimater à l’ambiance de travail.

Pour l’employé, la formation est une occasion d’améliorer ses connaissances et compétences et, par conséquent, la performance et la productivité de l’entreprise. Une formation qui porte sur les dernières technologies, par exemple, maintient l’entreprise à la fine pointe de l’innovation.

C’est aussi un vecteur de bien-être et d’épanouissement au travail. À l’ère du bore-out, ce phénomène d’épuisement professionnel causé par l’ennui au travail qui pousse des employés à trouver du travail ailleurs, les programmes de formation peuvent renforcer leur satisfaction et favoriser la rétention du personnel.

Avec la participation de l’École d’Entrepreneurship de Beauce