Projet Kami: Alderon passe à l'action

L'année 2014 promet d'en être une bonne pour la minière Alderon, qui lorgne l'exploitation de sa mine de fer Kami, au Labrador. La société canadienne pose un jalon important dans son projet de 1,3 milliard $ en mettant de l'avant l'aménagement de ses futures installations de Pointe-Noire à Sept-Îles, où elle investira pas moins de 200 millions $ d'ici 2015.
Alderon Iron Ore sonde depuis décembre l'intérêt des entrepreneurs pour l'exécution des travaux préparatoires de son site d'entreposage, qui sera voisin de Cliffs Natural Resources et Aluminerie Alouette.
«Pour l'instant, c'est une première étape pour connaître les fournisseurs qui sont intéressés», a expliqué le chef de la direction financière de la société, François Laurin. «L'appel d'offres formel suivra au printemps.»
Le contrat, qui devrait s'échelonner de mai à octobre, prévoit principalement l'excavation des terrains, qui appartiennent au Port de Sept-Îles. La société aménagera l'espace par la suite, en y installant des équipements d'expédition et de manutention, un peu comme l'a fait Consolidated Thompson en 2009, pour l'exploitation de sa mine du lac Bloom (maintenant propriété de Cliffs Natural Resources).
«L'idée de base est essentiellement la même; il s'agira d'un site de stockage temporaire, indique M. Laurin. Il faudra des convoyeurs reliés à la tour centrale du port et une décharge à partir des trains qui amèneront le minerai.» L'ensemble de ces travaux se traduira par des investissements de 200 millions $, selon la société.
La production d'Alderon, anticipée pour le début de 2016, sera expédiée via le nouveau quai multiusager, qui doit être livré en avril. La minière a d'ailleurs allongé 20 millions $ pour la construction de l'imposante infrastructure, estimée à 220 millions $. «Notre dépôt est déjà fait», assure M. Laurin.
Bonne santé financière
Malgré les aléas du marché du fer en 2013, Alderon est parvenue à tirer son épingle du jeu notamment grâce à la conclusion d'un partenariat avec le géant de l'acier chinois, Hebei, qui a investi 182 millions $ dans la société. Soixante pour cent de la production de la mine Kami, qui se trouvera près des villes de Labrador City et Wabush, seront d'ailleurs achetés par l'aciériste.
Pour l'heure, Alderon attend toujours les autorisations environnementales nécessaires du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador avant de lancer la construction de sa mine, dont la production annuelle est évaluée à huit millions de tonnes de minerai de fer. L'exploitation se traduirait par la création de 500 emplois.
*****
Un quai partagé
Alderon Iron Ore deviendra en 2016 l'un des principaux utilisateurs du futur quai multiusager du Port de Sept-Îles, avec sa production annuelle anticipée de huit millions de tonnes de minerai de fer. Le terminal de classe mondiale ouvre d'ailleurs la porte à quatre autres joueurs miniers d'importance, qui ont tous participé au montage financier de 220 millions $.
«Il y a définitivement des projets miniers qui réussissent actuellement à compléter des étapes importantes dans leurs phases de mise en valeur, dont Alderon», a fait savoir le président-directeur général du Port, Pierre D. Gagnon. «De toute évidence, [Alderon] sera la troisième à utiliser le quai», a-t-il ajouté en rappelant que Labrador Iron Mines et Tata Steel Minerals Canada ont déjà commencé leur production.
Les minières New Millennium et Champion Minerals emprunteront le quai elles aussi, pour expédier leur minerai, à plus long terme. Le Port de Sept-Îles et Ottawa investissent chacun 55 millions $ dans l'infrastructure, dont la construction sera complétée en avril. «Les équipements de manutention seront installés ce printemps et le quai pourra être opérationnel en juillet», prévoit M. Gagnon.
Le nouveau quai possédera une capacité annuelle de 50 millions de tonnes. En 2012, le Port de Sept-Îles a enregistré un volume d'activités de 28 millions de tonnes. Les résultats de 2013 doivent être connus d'ici la fin du mois.