La santé financière des régimes de retraite à prestations déterminées est demeurée plutôt stable durant le premier trimestre de 2018.

Premier trimestre stable pour les régimes à prestations déterminées

Au pays, la santé financière des régimes de retraite à prestations déterminées est demeurée plutôt stable durant le premier trimestre de 2018.

Il s’agit là de la conclusion principale qui se dégage d’une analyse ayant récemment été dévoilée par la firme de consultants Mercer.

Selon l’actuaire Hubert Tremblay, qui est conseiller principal au sein de cette firme, cet équilibre relatif, qui s’est maintenu même si les marchés financiers ont connu des hauts et des bas en début d’année, n’a pas fini d’être mis à l’épreuve.

M. Tremblay est d’avis qu’après avoir connu «une grande période très fructueuse [...], la volatilité est désormais de retour sur les marchés» et tout porte à croire qu’elle est là pour y rester.

Grandes inconnues

Il soutient que cette conjoncture n’est bien sûr pas étrangère à l’existence de certaines grandes inconnues sur la scène économique mondiale.

«On parle beaucoup des incertitudes liées aux négociations 1/8entourant le renouvellement3/8 de l’Accord de libre-échange nord-américain, d’une possible guerre commerciale entre les États-Unis et une géante comme la Chine. Évidemment, ces facteurs-là entraînent de la volatilité sur les marchés, ce qui peut avoir des répercussions sur les régimes de retraite», explique-t-il.

Hubert Tremblay ajoute que, dans un pareil contexte, une plus grande nervosité risque fort de se manifester chez les participants aux régimes, mais aussi chez leurs promoteurs.

«Il y a encore une bonne proportion des investissements des régimes de retraite qui se font en actions», mentionne-t-il.

Et, «comme personne n’a de boule de cristal», bien des questionnements ne manqueront pas de poindre «par rapport à la direction vers laquelle les marchés financiers vont s’en aller», conclut-il.