«Le succès de nos offres commerciales repose sur deux éléments clés : notre maîtrise des technologies qui propulsent notre capacité à innover ainsi que notre compréhension profonde des besoins de nos clients et marchés», indique Jean Bélanger, président et chef de l’exploitation.

Premier Tech officiellement sur tous les continents

On peut officiellement dire que Premier Tech brasse des affaires partout sur la planète. L’entreprise vient d’acquérir Kockums Bulk Systems, une compagnie installée en Océanie.

Il s’agit d’une deuxième transaction en l’espace de quelques semaines pour Premier Tech. Au début du mois de mars, elle avait mis le grappin pour plusieurs millions de dollars sur Swabo Machinebouw & Toelevering, une firme de 70 employés basée aux Pays-Bas. 

«Le succès de nos offres commerciales repose sur deux éléments clés : notre maîtrise des technologies qui propulsent notre capacité à innover ainsi que notre compréhension profonde des besoins de nos clients et marchés», indique Jean Bélanger, président et chef de l’exploitation. «En plus d’accroître notre présence mondiale, cette première acquisition en Océanie nous permet de nous rapprocher de nos clients actuels de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande et ainsi de bonifier notre offre de services et notre service après-vente sur ces marchés», poursuit-il.

C’est par voie de communiqué que l’employeur de Rivière-du-Loup, qui compte 4200 «équipiers» répartis dans ses 43 usines dans 26 pays, a annoncé la nouvelle lundi. Il y précise qu’il est «maintenant présent sur tous les continents». Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé. 

40 travailleurs

Kockums Bulk Systems, qui compte une quarantaine de travailleurs, est un spécialiste de la manutention de matières poudreuses en vrac et des systèmes d’emballage. C’est via son Groupe Équipements Industriels (IEG) que Premier Tech qui a réalisé cette acquisition. 

Lors de sa dernière entrevue au début du mois de mars avec Le Soleil, M. Bélanger avait confié que sa compagnie analysait une dizaine de dossiers à travers la planète afin de poursuivre ses emplettes. Entre «deux et quatre» devaient aboutir d’ici Noël. 

Le grand patron regardait entre autres du côté de la Chine, de l’Inde, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande. 

Premier Tech, qui réalise des ventes d’environ 800 millions $, brasse des affaires dans le domaine de l’horticulture et de l’agriculture, des équipements industriels et des technologies environnementales. Environ 1200 personnes travaillent au siège social de Rivière-du-Loup.