Le siège social du Mouvement Desjardins à Lévis

Possible révision des ristournes chez Desjardins

Puisque le contenu de la mise à jour économique du gouvernement Couillard affectera sa rentabilité, le Mouvement Desjardins n'écarte pas la possibilité de réviser à la baisse le montant des ristournes versées aux épargnants.
La coopérative établie à Lévis a fait savoir mercredi que les mesures destinées au secteur financier, annoncées la veille, lui coûteraient plus de 50 millions $ pour chacune des deux prochaines années.
Son porte-parole, André Chapleau, a indiqué que l'augmentation de la taxe temporaire sur la masse salariale, qui passe de 2,2 % à 3,52 %, se traduirait par un montant supplémentaire à payer de 32 millions $.
De plus, la hausse de la taxe sur le capital des primes d'assurance devrait coûter 22 millions $ à la filiale d'assurance de personnes du Mouvement Desjardins dès 2015.
S'il est encore trop tôt pour détailler la stratégie de la coopérative afin d'absorber ces coûts supplémentaires, M. Chapleau a reconnu que la question du «partage des excédents» devrait être «examinée».
En 2012, le Mouvement Desjardins - qui emploie plus de 40 000 personnes au Québec - a versé plus de 200 millions $ en ristournes à ses épargnants.
Même si la rentabilité de la coopérative sera affectée négativement par les mesures qui figurent dans la mise à jour économique, M. Chapleau a indiqué que cela ne se traduirait pas nécessairement par une augmentation des prix de certains produits offerts.
De son côté, la Banque Nationale n'a pas voulu faire de commentaires sur les nouvelles mesures, alors que la Banque Laurentienne a fait savoir qu'elle n'avait pas chiffré leurs impacts.
Québec estime notamment que l'augmentation de la surtaxe temporaire devrait lui rapporter 42 millions $ en 2014-2015, 125 millions $ en 2015-2016 et 129 millions $ pour l'exercice 2016-2017.