Sébastien Godin, Daniel Tessier, Félix St-Hilaire, Mathieu Tessier, Philippe Tessier et Maxime Naud Denis (absent de la photo) ouvriront une microbrasserie dans l'édifice en plus d'animer la salle de spectacle.

Portneuf: un ancien cinéma converti en microbrasserie

«Jusqu'au 22 novembre, le syndic attendait des offres. Le délai passé, j'ai téléphoné pour connaître l'identité de mon nouveau voisin. Quand j'ai su qu'il n'y avait eu aucune proposition, tout s'est enchaîné très rapidement. Le 20 décembre, le Ciné-centre m'appartenait», raconte le tenancier.
Cinq gars dynamiques, un projet de microbrasserie audacieux, un acquéreur avide d'événements, une volonté de revitaliser l'ouest de Portneuf bien sentie : il n'en fallait pas plus pour que le défunt Ciné-centre culturel Alain-Grandbois renaisse de ses cendres.
Avant la faillite du promoteur de l'époque, en septembre 2012, tous les espoirs étaient permis pour l'ancien cinéma de Saint-Casimir. Destiné à devenir le nouveau pôle culturel de la région, l'immeuble avait été rénové à grands frais et muni d'un système d'éclairage et de sonorisation dernier cri.
Propriétaire du bar La Taverne, tout juste à côté du bâtiment alors entre les mains d'un syndic, Daniel Tessier s'en portera acquéreur un peu par hasard. Pour lui comme pour ses deux fils et trois de leurs amis, les astres se sont alignés et la chance leur a souri.
La raison de son empressement? Une solution parfaite pour les cinq partenaires dans la mi-vingtaine à la recherche d'un lieu propice à l'ouverture d'une microbrasserie. L'enthousiasme est aujourd'hui à son comble pour le groupe de passionnés, tous originaires de l'ouest de Portneuf.
«Nous étions déjà motivés, mais là, avec l'achat de la bâtisse, nous le sommes encore plus. Il faut dire aussi que contrairement à ce qui se passe dans le cas de bien des projets, personne n'a tenté de nous décourager. Tout le monde est avec nous!», exprime Sébastien Godin, l'un des membres de la confrérie. La microbrasserie s'installera au rez-de-chaussée de l'édifice et pourrait y amorcer ses activités commerciales dès l'an prochain. Pour l'instant, La Super Pause, La Dérameuse, La Deux Printemps et La West Coast Portneuf Black IPA - un clin d'oeil au territoire - sont concoctées chez Félix St-Hilaire.
Brasseur autodidacte, Félix a quitté Montréal pour revenir vivre son rêve dans son coin de pays. Avec Philippe Tessier, il consacre le plus clair de son temps à l'élaboration de «bières de qualité, bien houblonnées. La constance est là et nos produits sont approuvés par d'autres brasseurs», témoigne-t-il.
En plus de peaufiner les quatre ou cinq recettes qu'il juge «stables» et de mettre au point de nouveaux amalgames, le clan s'emploie présentement à finaliser son plan d'affaires et s'est adjoint un consultant en brasserie. «On ne veut pas sauter d'étapes!», lance Mathieu Tessier.
L'objectif est d'en arriver à distribuer les produits de la microbrasserie - si les cinq acolytes ont une bonne idée du nom qu'ils lui donneront, ils préfèrent pour le moment ne pas l'ébruiter - dans les dépanneurs et les épiceries de Portneuf, mais aussi dans certains commerces de Québec, de Mont-réal et de Trois-Rivières.
Microbrasserie... et salle de spectacle
Seule microbrasserie en devenir à l'échelle de la MRC, le projet ne se distingue pas seulement par la mise en marché d'un nouveau produit sur le territoire. Il se caractérise également par le fait que le centre de production sera étroitement associé à l'exploitation d'une salle de spectacle.
À l'étage du Ciné-centre culturel, tout a été prévu pour la présentation de spectacles d'envergure. Fort d'une expérience de 25 ans dans le domaine, Daniel Tessier voit grand et compte bien exploiter au maximum l'espace, qui peut accueillir jusqu'à 400 personnes.
«La salle sera complémentaire au bar La Taverne, qui ne peut recevoir plus de 150 personnes. Ici, il y aura des shows plus gros, toutes sortes d'événements, et le lieu servira même au Festival de films de Portneuf sur l'environnement, comme ce devait être le cas avant la faillite», précise l'acheteur.
Éduquer les gens
Dans l'enceinte, un comptoir de vente permettra de faire découvrir les produits de la microbrasserie. «On veut faire une éducation à la bière, initier les gens à quelque chose de différent. En même temps, on souhaite participer à la relance de l'ouest de Portneuf et redorer l'image de la campagne», signale au passage Philippe Tessier.
Même si le nouveau promoteur songe à intégrer la projection de films à son offre, le Ciné-centre est appelé à changer de nom au cours des prochains mois. Sûr que le public sera au rendez-vous, il dit en outre vouloir travailler à l'établissement d'un partenariat avec les écoles de la région.