Ciment McInnis, à Port-Daniel

Port-Daniel: le prêt de Québec devancé au rang des créanciers

Le financement supplémentaire annoncé cet été et conclu récemment pour la cimenterie de Port-Daniel fera grimper le niveau de risque du prêt de 250 millions $ octroyé par l'État québécois.
Si le syndicat bancaire mené par la Banque Nationale - qui a prêté 360 millions $ - conserve son premier rang de créancier, Investissement Québec (IQ) glisse derrière la société de portefeuille BlackRock, qui s'est jointe au groupe d'investisseurs en août dernier en finançant une débenture de 125 millions $.
L'attachée de presse de la ministre de l'Économie Dominique Anglade, Cynthia St-Hilaire, a confirmé la nouvelle mardi après que la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) eut procédé à une mise à jour du projet de cimenterie, dont la construction est achevée à 75 %.
«Nous obtenons un meilleur taux [de rendement], a affirmé Mme St-Hilaire au cours d'un entretien téléphonique, sans toutefois le dévoiler. Le risque va être réduit avec le temps.
«Un coup de barre a été donné et la situation a été redressée, a-t-elle ajouté. Il y a actuellement près de 1000 travailleurs sur le chantier.»
Annoncée le 11 août dernier, la nouvelle ronde de financement de 250 millions $ passe désormais à un peu plus de 280 millions $ puisque des investisseurs minoritaires ont injecté 31,75 millions $ de plus. Mme St-Hilaire a assuré que le gouvernement Couillard n'avait pas mis plus d'argent dans ce projet, dont la facture est désormais estimée à près de 1,5 milliard $ La cimenterie pourrait émettre 1,76 million de tonnes de gaz à effet de serre si elle atteint sa production maximale oscillant aux alentours de 2,5 millions de tonnes de ciment par année.