Le nouveau pont Champlain sera livré le 21 décembre prochain, soit trois semaines plus tard que prévu.

Pont Champlain: un retard qui coûte 235 M$

MONTRÉAL — Le nouveau pont Champlain sera finalement livré le 21 décembre prochain, soit trois semaines plus tard que prévu, ce qui s'accompagne par une facture supplémentaire de 235 millions $ que devra payer Ottawa pour ce chantier de 4,2 milliards $.

La somme sera versée au consortium Signature sur le Saint-Laurent (SSL), dirigé par SNC-Lavalin, qui retirera sa poursuite de 124 millions $ déposée en mars 2017 auprès de la Cour supérieure du Québec.

Annoncée vendredi, cette entente survient à la suite de pourparlers qui se sont échelonnés sur plusieurs mois à propos des coûts imprévus engendrés par SSL en raison de restrictions de charge pour le transport des pièces surdimensionnées sur l'actuel pont Champlain — ouvert à la circulation depuis 1962.

«Il y avait aussi un prix à l'inaction, a souligné Marc Miller, secrétaire parlementaire du ministre de l'Infrastructure, au cours d'un entretien téléphonique. Les coûts auraient pu dépasser 300 millions $ et l'échéancier aurait plutôt été vers la fin de l'été 2019.»

Selon les pénalités prévues au contrat en cas de retard, SSL s'exposait à une amende quotidienne de 100 000 $ pour les sept premiers jours et de 400 000 $ pour chaque journée supplémentaire.

Des 235 millions $ versés par le gouvernement Trudeau, 172 seront consacrés à de nouvelles mesures afin de combler les retards accumulés depuis septembre 2017 et 63 millions $ pour régler le dossier du transport des pièces surdimensionnées.

En point de presse dans le cadre d'une visite du chantier, qui est complété à environ 70 %, M. Miller a dit qu'il s'agissait d'une somme pour laquelle le gouvernement Trudeau assumait sa responsabilité.

«Cela ne représente somme toute que cinq pour cent du coût total du pont», s'est-il défendu.

Un chantier peuplé

Dans le but de respecter la date de livraison prévue du 21 décembre, quelque 1100 travailleurs seront déployés sur le chantier, comparativement aux 650 à l'été 2017, a indiqué le directeur de la coordination pour SSL, Daniel Genest.

«Cela nous permettra d'avoir plus de quarts de travail les soirs, pendant la nuit ainsi que les fins de semaine», a-t-il précisé lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse canadienne.

Dans sa poursuite, le consortium formé des firmes SNC-Lavalin, ACS et Hochtief prétendait qu'il n'avait pas été mis au courant de la fragilité du pont Champlain existant et que cette situation ne permettait pas le transport de pièces lourdes destinées à la nouvelle structure.

«Nous sommes passés du transport routier à des navires et des trains, a souligné M. Genest. L'entente de règlement nous dédommage notamment pour les dépenses supplémentaires en ce qui a trait au transport.»

Interrogé, le directeur de la coordination pour SSL n'a pas voulu dire si le consortium pourrait entreprendre d'autres démarches judiciaires advenant d'autres ennuis, affirmant que l'entente de vendredi constituait une «nouvelle ligne de départ».

Les mêmes pénalités — 100 000 $ par jour pour les sept premières journées et 400 000 $ par jour par la suite — s'appliqueront en cas de non-respect de l'échéancier du 21 décembre. L'exploitation et l'entretien du nouveau pont Champlain relèveront de SSL pour les 30 premières années.

Cet ouvrage sera livré sans les rails pour le Réseau express métropolitain (REM), qui devront être installés par les responsables de ce projet, dont les premières rames doivent être mises à l'essai en 2020.

Quant à la structure existante, des travaux de 43 millions $ sont prévus pour en assurer le maintien jusqu'en décembre prochain.

Avec des informations de Mylène Crête