Un travailleur de l’entreprise Teknion Roy & Breton à Montmagny

Plus de dollars pour attirer les travailleurs à Montmagny

La cagnotte de 300 000 $ maintenant à sec, la région de Montmagny rajoute 100 000 $ à son programme d’aide financière pour favoriser la venue et l’enracinement de travailleurs dans son coin pays situé à moins d’une heure de Québec.

Lancé en 2013, le programme visant à inciter l’établissement de travailleurs qualifiés ou encore le maintien des résidents dans les 14 municipalités de la MRC de Montmagny afin de pourvoir les nombreux postes vacants dans le secteur de la fabrication a livré ses fruits.

Cette région à forte vocation manufacturière n’échappe pas à la rareté de main-d’oeuvre qui frappe de plein fouet la Belle Province.

Mis sur les rails par la Corporation de développement économique de la MRC de Montmagny, ce programme prévoyait le versement d’une somme de 5000 $ à ceux et celles qui décidaient d’aller vivre et travailler dans la région magnymontoise. Le montant était versé en deux tranches de 2500 $. La première, un an après l’embauche du travailleur. La deuxième, l’année suivante.
Jusqu’à maintenant, 54 personnes ont obtenu l’aide de 5000 $; 27 autres ont reçu leur premier versement de 2500 $.

Le montant d’argent dédié à ce programme a été dépensé. L’enveloppe provenait du million de billets verts versés à la Corporation de développement économique de la MRC de Montmagny par la multinationale Whirlpool pour compenser les 600 emplois perdus à la suite de la fermeture de son usine à Montmagny en 2004.

«C’était évident qu’il fallait poursuivre notre oeuvre pour assurer la rétention à long terme des travailleurs dans la région», indique la coordonnatrice et commissaire industrielle au Centre local de développement (CLD) de la MRC de Montmagny, Martine Leullier au cours d’un entretien avec Le Soleil.

Nouvelle mouture

Une nouvelle mouture du programme d’aide financière à l’établissement pour les travailleurs du secteur manufacturier vient d’être présentée.

L’initiative dispose, pour le moment, d’une enveloppe de 100 000 $ qui est assumée à parts égales par la Corporation de développement économique de la MRC de Montmagny et les entreprises participantes. Pour l’instant, elles sont onze: Emballages LM, Garant, Impression Rive-Sud, K-Trail, Maisons Laprise, Marquis Imprimeur, Montel, Planchers Mercier, Prolam, Teknion Roy & Breton et Usimet. D’autres noms pourraient s’ajouter à la liste.

Encore une fois, l’opération séduction vise les travailleurs venant de tous les coins du Québec intéressés à établir leurs pénates dans la région de Montmagny. Elle vise également à retenir les étudiants finissants du territoire dans leur coin de pays.

Chaque travailleur va recevoir 2500 $ au bout de deux ans pour le remboursement des dépenses afférentes à l’habitation, soit les dépenses liées aux frais de déménagement et d’établissement dans la MRC de Montmagny.

«Le nouveau programme tient compte davantage des réalités des travailleurs issus de l’immigration», précise Mme Leullier. Il cible notamment les immigrants qui détiennent une carte de résident permanent du Canada, un permis de travail ouvert en tant que demandeur d’asile ou un permis de travail dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Des immigrants démunis

Au cours des dernières années, les entreprises magnymontoises ont recruté des candidats parmi les personnes immigrantes installées dans la région de Montréal. Les visites exploratoires se sont multipliées au fil du temps.

«Une fois par mois, un autobus comptant à son bord près d’une vingtaine de personnes quitte la métropole en direction de Montmagny. Ces gens viennent rencontrer nos employeurs. Il n’est pas rare qu’un visiteur soit embauché sur-le-champ», témoigne la commissaire industrielle en soulignant que le taux de rétention des travailleurs venus de l’étranger est de 85 %.

Cette dernière signale que les personnes immigrantes, notamment les demandeurs d’asile, se pointent souvent à Montmagny avec leurs maigres effets personnels entassés dans un petit sac à dos. «Plusieurs arrivent ici totalement démunis.»

C’est pourquoi le nouveau programme prévoit que le nouvel arrivant — qu’il soit immigrant ou pas — recevra 500 $ dès sa première journée au boulot. «Ça lui permet d’avoir rapidement de l’agent en poche pour faire une première épicerie ou pour s’acheter des bottes de travail. Nous voulons nous assurer de bien les accueillir afin qu’ils restent longtemps avec nous», explique Martine Leullier en soulignant que l’intégration des immigrants était l’affaire de toute la communauté dans la région de Montmagny et non pas seulement des entreprises.

Au bout d’un an, le travailleur recevra un premier chèque de 1000 $. Un deuxième d’un même montant suivra l’année suivante.