L’Hôtel Château Laurier Québec a mis en ligne une campagne vidéo pour promouvoir la réservation directe chez les hôteliers.

Plateformes de réservations en ligne: l’Hôtel Château Laurier veut rétablir les faits

Les économies affichées par les sites de réservation de chambres d’hôtel en ligne comme Trivago, Booking.com et Expedia sont peut-être alléchantes, mais mieux vaut prendre le temps de vérifier directement auprès des hôteliers. La démarche pourrait vous causer d’agréables surprises, soutient l’Hôtel Château Laurier Québec, qui a mis en ligne une campagne vidéo pour promouvoir la réservation directe chez les hôteliers.

«C’est certain que ça fait longtemps qu’on y pense. On veut vraiment sensibiliser les gens et défaire certains mythes», a commenté au Soleil Aude Lafrance-Girard, directrice générale de l’Hôtel Château Laurier Québec.

Au premier rang de ces mythes se trouve le prix des chambres. Malgré ce qu’il y paraît, il n’y a aucune chambre affichée moins chère sur un de ces sites populaires de réservations que sur le site de l’entreprise du Vieux-Québec. «Ça a peut-être déjà été vrai à une certaine époque, mais plus maintenant», affirme-t-elle.

Selon Mme Lafrance-Girard, les relations d’affaires entre les hôteliers et ces plateformes ont pris de la maturité dans les dernières années, et les entreprises ont voulu reprendre le contrôle sur la gestion de leurs réservations et des prix offerts sur ces sites, afin d’atteindre la parité. Elle précise aussi que ces compagnies prélèvent entre 15 et 25 %, voire 30 % de marge sur les réservations faites sur leurs plateformes. En l’absence de cet intermédiaire gourmand, l’hôtelier peut se servir de cette marge pour gâter le client qui réserve directement auprès de lui : chambre de meilleure qualité, petit-déjeuner inclus, politique d’annulation plus flexible...

Données faussées

«On veut surtout expliquer aux gens que la personne la mieux placée pour répondre aux besoins du client, c’est l’hôtelier lui-même. Il faut aussi faire attention aux indications quant à la disponibilité des chambres affichées sur ces sites de réservations. Elles sont souvent faussées», remarque-t-elle.

L’entreprise ne veut pas partir en croisade contre les Booking.com et autres Expedia. Ces sites ont leur utilité, amènent un important volume de réservations et une belle visibilité à l’international, note la dg. Ils sont aussi pratiques pour rechercher et comparer les prix et les caractéristiques des hôtels dans une région donnée. Cependant, en réservant directement auprès d’un hôtelier, «on favorise l’achat local». «Il y a plus d’argent qui est réinvesti dans l’économie locale sous forme de taxes d’hébergement», note Mme Lafrance-Girard.