Beenox a produit la série des Spider-Man.

Pertes d'emplois chez Beenox

La société Activision, la maison mère de Beenox, ferme l'unité de tests de jeux du studio de Québec. Une trentaine d'emplois sont perdus, a appris Le Soleil.
Une rencontre entre la direction et les employés est prévue à l'horaire vendredi. Certains travailleurs ont appris la mauvaise nouvelle jeudi, à la fin de leur quart de travail.
Durant l'été, le département de contrôle de la qualité des jeux du studio de Saint-Roch employait jusqu'à 200 personnes. «Le studio perd ainsi un de ses derniers avantages stratégiques au sein d'Activision, car cette unité testait de nombreux titres d'Activision, et non pas seulement ceux développés par Beenox», déplore un travailleur, se retrouvant désormais au chômage.
Au mois d'octobre, lors d'un point de presse soulignant la contribution de Beenox au jeu Call of Duty: Modern Warfare Remastered, le directeur créatif et codirecteur du bureau de Québec, Thomas Wilson, affirmait être optimiste pour l'avenir. Il avait d'ailleurs confié que le studio de Québec allait devenir un joueur important dans la création des prochains Call of Duty, une franchise qui a généré à ce jour des recettes de plus de 15 milliards $.
Le bureau qui comptait plus de 350 travailleurs était alors en période d'embauche. Parmi ses nombreuses réalisations et collaborations, on retrouve entre autres Spider-Man, Guitar Hero et Skylanders.
Réaction de Beenox
Du côté de Beenox, on assure que la fermeture de cette unité d'affaires n'aura pas d'impact sur la division du développement des jeux vidéo. «C'est une division qui est indépendante de Beenox. C'est une unité test d'Activision, comme plusieurs autres, notamment à Los Angeles et Minneapolis», indique Hugo Normand, conseiller aux communications. Mentionnons que les deux unités logent toutefois sous le même toit.
«Pour Beenox, le studio de production de jeux vidéo va toujours très bien. Nous travaillons sur la franchise Call of Duty. Nous n'avons jamais été dans une période aussi motivante», conclut-il, réitérant que l'unité est continuellement à la recherche de nouveaux cerveaux. «Nous avons plusieurs dizaines de postes d'ouverts».