Trois employées de l’entreprise Perlimpinpin à Québec, Lyne Nault, Émilie Drouin et Louise Fontaine.

Perlimpinpin à Paris

Mercredi matin, une fois l’entrevue terminée avec Le Soleil, Danielle Déry entamait les derniers préparatifs de sa participation, plus tard dans la journée, à un événement à la résidence officielle de l’ambassadrice du Canada à Paris, Isabelle Hudon.

Cette dernière recevait une quinzaine d’entreprises du secteur de la mode québécoise dont Perlimpinpin, une compagnie de Québec qui crée et fabrique des accessoires, de la literie et des vêtements d’extérieur pour les enfants de 0 à 10 ans. Danielle Déry a fondé Perlimpinpin en 1986 et elle tient toujours les guides de la PME qui fait travailler une douzaine de personnes.

Rassemblées par la Grappe métropolitaine de la mode, les entreprises québécoises participent, jusqu’à la fin de la semaine, à une mission commerciale dans l’Hexagone.

Perlimpinpin exporte ses produits à l’extérieur du Canada depuis déjà belle lurette. On les retrouve notamment en Russie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

«Nous exportons 10 % de notre production», signale Danielle Déry. «Il y a beaucoup de place pour le développement à ce chapitre. Nous avons mis au point une recette gagnante au cours des 32 dernières années. Notre but est d’en arriver à faire des petits à travers la planète pour éventuellement créer de la richesse chez nous. Et pour y arriver, il faut dénicher les bons partenaires d’affaires.»

Perlimpinpin a toujours hésité un brin avant de s’aventurer sur le marché français de la mode enfantine.

«Un marché mature dominé par de grandes entreprises familiales centenaires», décrit Danielle Déry. «Évoluant dans un marché gigantesque comparativement au nôtre au Canada, disons que les Français ont une bonne longueur d’avance sur nous.»

Perlimpinpin a toutefois perçu, au cours des dernières années, une volonté des consommateurs français et européens d’acheter des produits qu’ils ne retrouvent pas chez eux.

«Ils sont à la recherche de nouveautés et nous pouvons leur en procurer. Pour nous différencier, nous misons, entre autres, sur la qualité de nos tissus et sur la sécurité de nos produits pour les bébés», signale Mme Déry en mentionnant que son entreprise réalisait déjà des ventes en France par l’entremise de son site Internet.

L’invitation faite par l’ambassadrice du Canada à Paris à Perlimpinpin et aux autres entreprises du secteur de la mode québécoise pourrait permettre à ces dernières d’accélérer leur arrivée sur les marchés français et européens.

L’impact des influenceurs

«Isabelle Hudon a lancé un appel à des distributeurs, des détaillants, des blogueurs, des influenceurs et des médias pour venir voir ce que nous faisons au Québec. Pour certains d’entre nous, ça sera l’occasion d’établir un premier contact; pour d’autres, ça sera le moment de raffermir des relations d’affaires. Chose certaine, ce coup de pouce que nous recevons du gouvernement fédéral et de l’ambassade du Canada pourrait faire toute la différence. Ça nous donne une crédibilité auprès de nos éventuels partenaires. Ça nous ouvre des portes.»

Perlimpinpin s’y connaît en matière de conquête de nouveaux marchés.

«Chaque fois, c’est un recommencement. On se pointe sur un territoire dans lequel nous sommes de parfaits inconnus. Le truc, c’est de se faire connaître avant de s’implanter physiquement ou virtuellement.

«À l’ère des médias sociaux, ça se fait par l’intermédiaire des influenceurs qui vont parler de vos collections à leur auditoire. Le message se rendra ensuite aux oreilles des distributeurs et des détaillants qui voudront vendre vos produits car il y aura une demande de la part des consommateurs.

Au Québec, l'industrie de la mode affiche des ventes de 8 milliards $ et procure un gagne-pain à plus de 80 000 personnes. Selon la Grappe métropolitaine de la mode, près de la moitié des emplois manufacturiers canadiens de l’industrie de la mode sont au Québec. Montréal occupe d’ailleurs le troisième rang pour la confection en Amérique du Nord, après New York et Los Angeles.