On s’attend à ce que la saison touristique 2018 soit encore très achalandée à Québec, après le record historique enregistré en 2017.

Pénurie de main-d’œuvre: l’ADN de Québec à l’enjeu

Derrière les besoins criants des hôteliers et des restaurateurs, c’est «l’ADN de Québec» comme destination touristique qui pourrait être mis à mal par la rareté de la main-d’œuvre.

La qualité de l’hébergement, de la gastronomie et des attraits de Québec en fait sa renommée. La Vieille Capitale occupe d’ailleurs des places enviables dans divers palmarès de voyage (Travel + Leisure, USA Today). La ville a connu une année touristique record en 2017, et 2018 s’annonce toute aussi généreuse.

Cet ADN, «il ne faut pas le perdre», insiste Marjolaine De Sa, directrice de l’Association hôtelière de la région de Québec (AHRQ), rencontrée jeudi en marge d’un colloque, tenu à l’Hôtel Québec, portant précisément sur la rareté de la main-d’œuvre dans les hôtels et dans les restaurants de la capitale. 

«On a tellement de bonnes critiques, autant du New York Times [que d’autres publications]. Pourquoi les gens viennent ici? Ils disent qu’on est un peuple chaleureux, accueillant. On veut garder ça.»

Épuisement

En hôtellerie par exemple, le manque de ressources humaines peut avoir des impacts sournois, explique-t-elle. C’est une question d’image, en bout de ligne.

Cela peut signifier un moins bon accueil, ou du moins un épuisement du personnel. Une situation qui frappe fort chez les plus petits établissements, nombreux à Québec, relate Mme De Sa. «Quand le propriétaire frotte les salles de bain, fait l’accueil, le ménage, va stationner la voiture, ça commence à être du stock.»

À la longue, la directrice de l’AHRQ craint un effritement du service. «Les hôteliers sont épuisés. Le temps que tu veux passer avec ton client pour l’accueillir, il est moins là, il est moins présent. Et c’est là qu’on risque de perdre notre ADN.»

La situation peut aussi signifier des pertes de revenus ou l’incapacité d’opérer un établissement au meilleur de ses capacités. Mme De Sa a évoqué jeudi matin, lors d’une présentation, que certains hôtels allaient jusqu’à fermer des étages ou offrir aux clients des tarifs sans ménage, faute de personnel. «Ce n’est pas critique. Par contre c’est inquiétant pour certains hôtels», précisait-elle au Soleil ensuite. 

Données de Statistiques Canada en main, Mme De Sa indique que d’ici 2030 au Canada, «c’est 11 % de la demande de main-d’œuvre qui sera non comblée et 31,4 milliards $ de potentiel économique perdu» en 12 ans. Québec fait partie des endroits au pays où le phénomène frappe fort. En hôtellerie, 350 postes n’étaient pas comblés dans la région de Québec en date du 1er mai. 

Faible taux de chômage, immigration insuffisante, vieillissement de la population, faible démographie des 18-24 ans, faible valorisation des emplois du secteur touristique sont autant de facteurs évoqués jeudi lors du colloque, organisé par la Chaire de recherche sur l’intégration et la gestion des diversités en emploi (Université Laval). 

«Ça fait très mal»

L’inquiétude de Mme De Sa sur la réputation de Québec en tant que destination est partagée par Line Lagacé, vice-présidente Prospection des investissements étrangers et au soutien à la croissance des entreprises chez Québec International (QI). Les deux femmes ont pris la parole lors du même panel jeudi. 

«C’est quand même la force régionale; l’excellence du service, l’excellence de la qualité de la nourriture, de l’hébergement. On est reconnu pour ça», renchérit Mme Lagacé en entrevue au Soleil. «Ça pourrait décliner» si la pénurie de main-d’œuvre n’est pas apaisée. 

Selon elle, la pénurie «fait mal» aux entrepreneurs, et ultimement aux services offerts. «Ça fait très très très mal, même, je dirais.» Et le temps n’est plus de constater, mais d’agir. «Malheureusement, quand ça fait mal, tu es déjà un pas en arrière [comme entrepreneur].»

Chez les restaurateurs, milieu où les marges bénéficiaires sont faibles, les conséquences peuvent être majeures, donne-t-elle en exemple. «Tu vas couper tes heures de service [fermer plus d’une journée par semaine], tu vas peut-être fermer complètement, peut-être te délocaliser. Et là on est rendu à ça, c’est ce qui se passe.»

Qui plus est, les propriétaires de restaurant auraient selon Mme Lagacé de la difficulté à investir des efforts dans le recrutement à long terme, pris dans les filets de la gestion courante, quand ils ne sont pas directement sur le plancher. 

La volonté et la «mobilisation» sont bien présentes chez tous les joueurs de l’industrie pour contrer la pénurie, d’après Mme Lagacé. Car au-delà de combler les besoins chacun pour soi, il y a un enjeu global. Et l’aide devra en bonne partie venir des gouvernements, conclut-elle.

***

Barrages institutionnels

Des solutions existent pour contrer la rareté de main-d’œuvre, mais encore faut-il savoir les exploiter et les mettre en application. C’est du moins l’opinion de Kamel Beji, professeur au Département de relations industrielles de l’Université Laval et titulaire de la Chaire de recherche sur l’intégration et la gestion des diversités en emploi (CRIDE).

Selon lui, il y a encore trop de «barrages institutionnels». Par exemple, «Il n’y a pas d’arrimage qui se fait entre le ministère de l’Éducation et le ministère du Tourisme». Dans le cas de l’immigration de main-d’œuvre, poursuit M. Beji, l’attrait d’une résidence permanente à la clé n’est pas assez exploité ou facilité par les gouvernements. Et il s’en ferait encore trop peu selon lui pour minimiser la facture des frais de scolarité des étudiants étrangers, ajoute M. Beji. 

Des ressources sont aussi disponibles en sol québécois. La diversité évoquée dans le titre de la chaire de recherche n’est pas qu’ethnique. La CRIDE «s’adresse aussi aux jeunes, aux retraités, aux travailleurs atypiques.» «Il faut faire le pont et rejoindre ces gens-là.»