Sur cette photo, on voit les employés faire un casse-tête durant les pauses, rien de moins!

Pénurie de main-d'oeuvre: un esprit de famille au boulot

La pénurie de main-d’œuvre touche la grande majorité des industries du Québec. Des chefs d’entreprise optent pour la créativité quand vient le temps de contrer ce problème. Les six quotidiens de Groupe Capitales Médias ont répertorié une douzaine de «bonnes idées». À lire jusqu’au 16 janvier.

Solutions TLM est ce genre d’entreprise qui évite les beaux discours pour séduire ses employés. Spécialisée dans le développement de logiciels, elle mise plutôt sur une ambiance amicale, où l’esprit de famille est prédominant. Rien de compliqué, direz-vous, mais ça fonctionne.

Lire aussi: Des employés adaptés

Fondée en 2003 par Robi Guha, la compagnie saguenéenne compte plus de 30 employés et la grande majorité de ceux-ci sont à l’emploi de Solutions TLM depuis au moins six ans.

« Ce n’est pas parce que ça fait longtemps que les employés sont ici qu’on sent l’esprit de famille, précise toutefois Robi Guha. Lorsque quelqu’un vient ici, il ressent rapidement ce sentiment d’accueil. Quand les gens se sentent bien, ils rayonnent. Cette façon de faire attire d’autres personnes. »

Le président et fondateur ajoute que la mentalité de l’entreprise est de laisser toute la place à l’employé, dans le sens où il peut être qui il veut, mais il a également beaucoup de latitude pour pousser les projets qui l’allument.

« Nous, on se dit que lorsqu’un employé entre chez nous, il a le pouvoir de tout changer l’organisation, indique le dynamique gestionnaire. Tu as beau avoir beaucoup d’expérience ou être un finissant, tu as autant de place que n’importe qui. On va prendre autant le temps de t’écouter et d’appuyer tes nouvelles idées. Chez nous, tu n’as pas le pouvoir de changer quelque chose, tu as la responsabilité de le faire. »

Lors de la longue entrevue accordée au journaliste du Quotidien, Robi Guha était accompagné de Stéphanie Côté et Alain Bélanger. La première est responsable des communications et du marketing et le second occupe un poste aux ressources humaines. Les fonctions de chacun étant toutefois bien plus vastes, ils portent donc plusieurs autres chapeaux.

Une grande complicité ressortait d’ailleurs entre les trois collègues. Et ils ont assuré qu’il n’y avait rien de faux là-dedans.

« Le but n’est pas d’avoir l’air ‘‘friendly’’ pour avoir l’air ‘‘friendly’’, explique Alain Bélanger. C’est important de refléter qui on est vraiment. Ce n’est pas avoir juste l’air, c’est l’être. De toute façon, l’employé n’est pas fou. Il va bien voir qu’il s’est fait servir un beau discours si les babines ne suivent pas les bottines. C’est super important pour nous et c’est ce qui va faire en sorte que l’employé va ressentir cette transparence et cette honnêteté. »

Se sentir bien dans son environnement de travail est certes un bel avantage, mais il y a bien plus que ça chez Solutions TLM. Les passionnés des technologies sont invités à prendre le pôle et à mettre de l’avant leurs propres idées et projets. « L’épanouissement professionnel est extrêmement important, scande Robi Guha. On s’assure que nos clients nous amènent des défis et du même coup, on s’assure que notre personnel soit mis au défi, poursuit le président et fondateur. On met toujours nos gens au défi et il faut que nos contrats nous ressemblent. Il faut bâtir un environnement complet, autant dans notre façon d’être que dans nos façons de faire. »

Lors de la visite des bureaux de Solutions TLM, situés sur la rue Jacques-Cartier à Chicoutimi, un employé travaillait confortablement enfoncé dans un gros coussin. Cette façon de faire saute aux yeux de Monsieur et Madame Tout-le-Monde, mais le beau mobilier et l’environnement de travail ne sont pas les plus grandes qualités de l’entreprise.

« Je comprends qu’on veut des photos qui sortent de l’ordinaire et c’est normal de trouver cool qu’un employé travaille sur un pouffe, mais aucun employé ne nous parle du matériel, souligne le fondateur. Ce qui vient vraiment chercher notre organisation, c’est que les choix qui ont été faits l’ont été avec nos employés, en leur parlant. Trop d’initiatives sont faites parce qu’elles sont attirantes visuellement. »

Deviens un ninja

Une nouvelle initiative visuelle vient marquer l’imaginaire chez Solutions TLM. Le nouveau site Web, tlm.ninja, met en vedette... un ninja, bien sûr. Sur l’interface du site, il est écrit « Deviens un ninja ! » Un clin d’œil humoristique, qui colle parfaitement à la mentalité de l’entreprise.

« On veut l’utiliser pour montrer, à l’externe, la culture d’entreprise qu’on retrouve à l’interne », fait valoir Stéphanie Côté, qui a travaillé activement à la construction du site.

Histoire de faire les choses en grand, tlm.ninja a été officiellement lancé le 5 décembre, c’est-à-dire lors de la Journée internationale du ninja. Rien de moins.

Alain Bélanger, Stéphanie Côté et le fondateur Robi Guha ne sont pas nécessairement liés à la bonne ambiance dans les bureaux de Solutions TLM, mais ils en sont certainement pour quelque chose.

Des défis de recrutement

Les outils de rétention ont fait leur preuve au sein de l’entreprise, mais Solutions TLM n’échappe pas aux défis liés au recrutement, selon Robi Guha. 

La pénurie de la main-d’œuvre touche particulièrement le monde de l’informatique depuis quelques années. «On a encore de la place et on prendrait encore de nouveaux employés, mais nos efforts portent leurs fruits. Disons qu’on n’est pas en pénurie folle.»

Peut-être pas en pénurie folle, mais Robi Guha avoue que la réalité a changé depuis 2003, date de création de l’entreprise.

«Le recrutement n’a jamais été un ralentisseur à notre organisation, mais il commence à l’être, concède le fondateur. Les gens nous parlent de générations moins vaillantes, mais on n’a pas senti ça. Au moment où tu recrutes un employé qui se voit dans la compagnie, sa motivation et son implication sont extrêmes. C’est ce qu’on a vécu depuis 2003.»

Solutions TLM poursuit ses démarches pour recruter du personnel qualifié, mais aussi un personnel qui saura s’identifier à sa mentalité d’affaires.

«La réalité est qu’on est capables de recevoir encore plus de monde. On en veut aussi plus qui nous ressemblent. En même temps, ils peuvent être très différents en ce qui a trait à leurs passions. C’est important d’avoir une belle diversité.»