Le casino de Charlevoix.

Pas de coupes au Casino de Charlevoix

Contrairement à leurs homologues de Montréal et du Lac-Leamy, les casinos de Charlevoix et de Tremblant ne sont pas touchés par les coupes de postes annoncées par Loto-Québec. «Nous n'en sommes pas du tout là dans Charlevoix», assure le porte-parole de la société d'État, Patrick Howe, précisant qu'à Tremblant, le «travail pour atteindre la rentabilité a déjà été fait».
À La Malbaie, comme chaque année, les syndiqués TUAC et CSN du casino ont revu récemment les horaires en fonction de l'achalandage. Aucune coupe de postes n'est prévue. La représentante syndicale CSN, Sylvie Pelletier, explique que son équipe a «travaillé fort, dans les limites des règles actuelles de la convention collective, pour réorganiser les horaires. Nous n'avons pas de perte de statut, pour le moment». Elle rappelle également que Charlevoix a l'habitude de vivre le contexte de «la basse saison» et ses restructurations nécessaires.
Une baisse des besoins
La CSN, qui représente 125 salariés, ainsi que le syndicat des TUAC, qui rassemble quelque 120 travailleurs, devront toutefois reprendre l'exercice dans six mois. Hugue Deschênes, représentant des TUAC, constate «qu'il y a une baisse des besoins opérationnels de l'employeur». Comme sa collègue Sylvie Pelletier, il reste «prudent» face à la situation actuelle de diminution de clientèle dans les casinos québécois.
Rappelons que le Casino de Charlevoix emploie plus de 350 personnes en haute saison et est l'un des moteurs économiques importants de la région. Il célébrera ses 20 ans en juin.