Une fois que la loi 74 sera mise en place, les joueurs devront aller sur Espacejeux pour pouvoir se rendre sur un site partenaire de jeux en ligne, explique Loto-Québec.

Pas de changements majeurs d'ici 2018 pour les jeux de hasard en ligne

Les amateurs de poker et autres jeux de hasard en ligne ont encore plusieurs mois devant eux avant de se heurter à des interdictions lorsqu'ils tenteront d'accéder à certains sites depuis le Québec.
Malgré l'adoption, plus tôt en mai, du projet de loi 74 obligeant les fournisseurs de services Internet à bloquer ces sites, il ne devrait pas y avoir de changements majeurs pour les internautes avant le début de 2018, selon Loto-Québec.
Entre-temps, la société d'État, qui vise quelque 2200 sites de jeux de hasard et d'argent, transmettra bientôt à la Régie des courses et des jeux du Québec (RACJ) une liste d'adresses qu'elle considère comme «illégales».
C'est par la suite, sous peine de lourdes amendes, que des fournisseurs comme Bell (TSX:BCE), Cogeco (TSX:CGO) et Vidéotron devront commencer à bloquer les accès aux sites concernés.
«Pour eux, cela va possiblement nécessiter des améliorations technologiques, a expliqué lundi le porte-parole de Loto-Québec, Patrice Lavoie.»
Coûts élevés
Une étude d'impact du ministère des Finances évalue à entre 100 000 et 550 000 $ les coûts pour mettre en place l'infrastructure adéquate, ce qui sera accompagné d'une facture annuelle d'entretien qui oscillera entre 15 000 et 75 000 $.
S'il s'est attiré les foudres de certains joueurs en ligne, le projet de loi 74 ne signifie pas pour autant que des sites populaires seront inaccessibles aux internautes, fait valoir le porte-parole de Loto-Québec, Patrice Lavoie.
D'ici l'automne, la société d'État lancera trois appels d'offres afin d'intégrer à sa plateforme Espacejeux des sites de poker, de casinos et de paris sportifs.
«Il y a quand même certains sites qui vont pouvoir se légaliser, a expliqué lundi M. Lavoie. Les gens vont pouvoir continuer à jouer sur le site qu'ils aiment. On peut penser que les sites les plus appréciés des Québécois vont tenter leur chance.
«Le joueur ira sur Espacejeux pour ensuite se rendre sur le site du partenaire, a précisé M. Lavoie. Loto-Québec souhaite demeurer responsable de la banque de données de ses clients. En échange, une redevance serait versée aux partenaires.»
Moins d'une dizaine de partenaires potentiels ont contacté Loto-Québec depuis le dépôt du projet de loi.