Donald Trump a fait savoir lundi qu’il ne validerait pas un accord sur la populaire application TikTok si la maison mère chinoise ByteDance gardait le contrôle de la nouvelle entité.
Donald Trump a fait savoir lundi qu’il ne validerait pas un accord sur la populaire application TikTok si la maison mère chinoise ByteDance gardait le contrôle de la nouvelle entité.

Pas d’accord pour TikTok si ByteDance garde le contrôle

Agence France-Presse
WASHINGTON — Donald Trump a fait savoir lundi qu’il ne validerait pas un accord sur la populaire application TikTok si la maison mère chinoise ByteDance gardait le contrôle de la nouvelle entité.

Si Oracle et Walmart «ne prennent pas le contrôle total (de la nouvelle entité), alors nous n’approuverons pas l’accord», a déclaré le président américain sur Fox News alors que la confusion règne sur qui des Américains ou des Chinois détiendraient in fine la majorité.

Interrogé sur le fait que ByteDance pourrait garder 80 % de l’actionnariat, le président américain s’est montré intransigeant : «S’ils le font, nous ne conclurons tout simplement pas l’affaire».

Oracle et Walmart «ont un partenariat» pour TikTok. «Ils vont l’acheter», «ils en auront un contrôle total», a toutefois assuré l’hôte de la Maison-Blanche. «Ils vont détenir la participation majoritaire», a-t-il ajouté.

TikTok est depuis l’été sous la menace d’une interdiction aux États-Unis, où elle compte 100 millions d’utilisateurs, mais que Washington accuse, sans avancer de preuve, d’espionnage pour le compte de Pékin.

TikTok, une application très populaire chez les jeunes, avait confirmé samedi un projet selon lequel elle créerait une nouvelle société impliquant Oracle en tant que partenaire technologique aux États-Unis et Walmart en tant que partenaire commercial.

Baptisée TikTok Global, elle serait basée aux États-Unis et embaucherait 25 000 personnes, ont précisé Oracle et Walmart dans un communiqué séparé.

Oracle pourrait acheter 12,5 % des parts de TikTok et Walmart 7,5 % avant une future entrée à la Bourse de New York prévue d’ici un an.

Une source proche du dossier avait indiqué à l’AFP que ByteDance garderait le reste du capital. Mais la société chinoise étant possédée à hauteur de 40 % par des investisseurs américains, la majorité de l’application passerait in fine sous pavillon américain.