Le Conseil canado-américain pour l’avancement des femmes entrepreneures et chefs d’entreprise a été créé, l'an dernier, à l'occasion d'une rencontre à la Maison-Blanche entre Justin Trudeau, Donald Trump et la fille de ce dernier, Ivanka.

Parité salariale: loin d'être une priorité pour les entreprises

OTTAWA - La majorité des entreprises canadiennes ne surveillent pas de près les écarts de rémunération ou d’avancement entre les hommes et les femmes, ni d’autres mesures clés du progrès à cet égard, révèle un nouveau rapport sur l’égalité des sexes dans les entreprises canadiennes et américaines.

Seulement 39% des entreprises canadiennes disposaient de données précises sur les différences de rémunération entre hommes et femmes, selon l’enquête commandée par le Conseil canado-américain pour l’avancement des femmes entrepreneures et chefs d’entreprise.

Selon le rapport du conseil, 48% des entreprises canadiennes ont indiqué ne pas disposer de données précises sur le pourcentage de femmes au sein de leur équipe de direction.

L’enquête menée auprès de 150 responsables des ressources humaines au Canada et de 250 aux États-Unis a également permis d’apprendre que seulement 36% des entreprises canadiennes avaient un plan pour faire progresser les femmes aux postes de direction, contre 40% au sud de la frontière.

Dans son rapport final publié la semaine dernière, le conseil a déclaré que si l’engagement des entreprises en faveur de la diversité des sexes était à son plus haut niveau, les résultats de cette enquête soulignent l’existence d’un «écart critique» entre les intentions et les actions des sociétés.

Le conseil, composé de dix femmes d’affaires, a été créé par le premier ministre Justin Trudeau et le président américain Donald Trump l’année dernière, et son objectif est d’aider les entreprises appartenant à des femmes à contribuer à la croissance économique et à la compétitivité.