Paris sur les événements culturels: Loto-Québec refuse de jeter l'éponge

Les paris lancés il y a un peu plus d'un an par Loto-Québec sur les événements culturels ou artistiques ne soulèvent pas les passions. À preuve, seulement 15 000 $ ont été misés lors du 86e gala annuel des Oscars, soit 43 000 $ de moins que lors de la grande soirée du cinéma de 2013.
Inaugurés depuis un peu plus d'un an, les paris sur les événements culturels représentent des ventes d'environ 100 000 $ pour la société d'État. Les trois événements ayant recueilli le plus haut volume de paris sont les Oscars de 2013 (58 000 $), les Gémeaux (8000 $) et les Golden Globes (6000 $).
«C'est un territoire encore inexploré», précise le porte-parole de Loto-Québec, Jean-Pierre Roy. «Depuis un an, on essaie de voir [le marché], on explore le territoire. On a offert des paris sur différents galas québécois, canadiens, européens et américains. Des galas portant sur le cinéma, la télévision et la musique. L'expérience de la dernière année semble nous indiquer qu'il y a un segment de clientèle intéressé par ce type de pari.»
La baisse de participation des Québécois lors de la remise des statuettes dorées n'inquiète pas Loto-Québec, qui précise au Soleil n'avoir aucune attente particulière. Elle explique la différence de popularité notamment par le fait que l'offre des paris culturels a été mise en place un peu avant le 85e gala des Oscars.
«L'an dernier, il y avait un effet de nouveauté. Les médias en avaient beaucoup parlé. Il y avait un film québécois (Rebelle) en compétition pour le meilleur film étranger. Cette année, il y avait les Jeux olympiques... Il y a peut-être un certain nombre de facteurs qui font en sorte que nous avons obtenu des résultats moins intéressants», explique M. Roy.
Publicité difficile
Puisque les chiffres de vente ne sont pas au rendez-vous, il est plus difficile de faire de la publicité pour ce type de pari. «C'est évident qu'il y a une partie de la clientèle intéressée qui n'est pas au courant des paris qu'on offre», ajoute le porte-parole. «Mais on y croit et on va continuer à défricher ce terrain-là.»
Pour l'instant, Loto-Québec refuse de jeter l'éponge, et prend pour exemple les paris entourant les sports de combat, les arts martiaux mixtes, la boxe, qui, il y a trois ans, ne comptaient que 125 000 $ de mise.
«Maintenant, on est rendu à 600 000 $ par année», soutient M. Roy. «Ce qu'on essaie de faire, c'est évidemment d'augmenter la part de marché pour les événements culturels. On va tenter d'augmenter l'intérêt au fil des ans. Il faut élargir les possibilités, types de questions, types de paris.»
En pari sportif, Loto-Québec vend pour 50 millions $ par année. Lors d'un match du Canadien le samedi, environ 25 000 $ sont pariés sur la partie. Un samedi soir, dépendamment du nombre de matchs de hockey, il va se gager entre 100 000 $ et 150 000 $.
Le pourcentage de vente en ligne pour les paris culturels est plus élevé (15 %) que les ventes en ligne pour les loteries (entre 7 % et 8 %).
Plusieurs mises
Plusieurs paris sur des événements culturels ou artistiques ont été placés au cours de la dernière année: pour les Oscars, le Festival de Cannes, le Gala des prix Gémeaux, l'ADISQ, La voix, The Voice (États-Unis), les Grammys, les Golden Globes et les American Music Awards. La semaine dernière, il était possible de parier sur qui sera le coach gagnant de l'émission La voix : Louis-Jean Cormier, Marc Dupré, Éric Lapointe ou Isabelle Boulay. «Les paris pour le Festival de Cannes ne seront pas de retour cette année, puisqu'on demandait aux gens de parier sur des films qu'ils n'avaient pas encore vus», indique le porte-parole de Loto-Québec, Jean-Pierre Roy.