Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Toujours selon le même sondage, le stress, l’endettement de leur entreprise et les enjeux liés à la main-d’œuvre (mise à pied/licenciement, rétention, refus de travailler) préoccupent plus de deux chefs de PME sur cinq.
Toujours selon le même sondage, le stress, l’endettement de leur entreprise et les enjeux liés à la main-d’œuvre (mise à pied/licenciement, rétention, refus de travailler) préoccupent plus de deux chefs de PME sur cinq.

Pandémie: deux tiers des dirigeants de PME québécoises toujours préoccupés

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Deux tiers des dirigeants de petites et moyennes entreprises (PME) québécoises demeurent préoccupés par l’incertitude causée par la pandémie de COVID-19. Cette principale statistique ressort d’un sondage mené pour le compte de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), dont les résultats ont été dévoilés lundi, à la veille de la rentrée parlementaire à l’Assemblée nationale du Québec.

En fait, 66 % des entrepreneurs craignent toujours les répercussions économiques de la pandémie. Également, la moitié de ceux-ci craignent aussi les effets de la COVID-19 sur la santé pour eux, leurs employés ou d’autres personnes.

Toujours selon le même sondage, le stress, l’endettement de leur entreprise et les enjeux liés à la main-d’œuvre (mise à pied/licenciement, rétention, refus de travailler) préoccupent plus de deux chefs de PME sur cinq. Des inquiétudes qui s’ajoutent à celle sur l’accès à l’aide gouvernementale (34 %), les problèmes de liquidités (38 %) et la baisse des dépenses de consommation (40 %).

«Les dirigeants de PME s’inquiètent de l’économie et les défis auxquels ils font face sont nombreux. On parle d’endettement, de problème de liquidités, de difficultés à trouver du personnel et de grand stress. Les petites et moyennes entreprises sont le poumon économique de toutes les régions du Québec. Avec la rentrée parlementaire, la FCEI est convaincue que ces enjeux feront partie des priorités abordées et des orientations prébudgétaires discutées», mentionne François Vincent, vice-président Québec à la FCEI, par voie de communiqué.

La FCEI, qui représente 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions du Canada, a dévoilé les résultats de ce sondage à la veille de la rentrée parlementaire afin de sensibiliser le gouvernement du Québec à la possibilité «d’apporter des ajustements au projet de loi 59, Loi modernisant le régime de santé et sécurité au travail, pour assurer la mise en place d’un système gagnant pour tous les acteurs de la société civile». Un dossier pour lequel l’organisme avait soumis plusieurs recommandations.

Méthodologie: le sondage Votre voix, mené pour la  FCEI, a été réalisé du 12 au 18 janvier 2021  auprès de 728  PME du Québec. La marge d’erreur est de plus ou moins 3,6 %, 19 fois sur 20.