«Avec tous les travailleurs qui partent à la retraite, les perspectives d'emploi sont florissantes dans plusieurs secteurs d'activité» - Martin Rochette, pdg et éditeur de Septembre éditeur

Palmarès des carrières 2014: bouée de sauvetage pour les jeunes

Psychoéducateur, ça vous chante? Un poste de technologue en radiodiagnostic, d'arpenteur-géomètre ou d'adjoint administratif vous conviendrait? Devenir cytotechnologiste et effectuer des analyses d'échantillons biologiques, vous y avez pensé? Être conseiller en gestion? Ou encore mécanicien de moteurs diesels?
<p>Meilleurs métiers et professions</p>
Peu importe le choix que vous ferez parmi ces métiers et professions, vous êtes assurés d'un emploi dès votre sortie de l'école. C'est le Palmarès des carrières 2014 qui vous le garantit! À compter de mercredi, la 10e édition du Palmarès des carrières sera en vente (19,95 $) dans les bonnes librairies. Cette bible des métiers, des professions et des carrières les plus prometteurs est publiée par Septembre éditeur.
L'ouvrage de 240 pages se veut une sorte de bouée de sauvetage pour aider les jeunes - et les adultes qui envisagent une réorientation de carrière - dans leur recherche d'un projet de vie professionnelle réaliste et stimulant, notamment en présentant 150 métiers et professions qui ont de l'avenir.
«Avec tous les travailleurs qui partent à la retraite, les perspectives d'emploi sont florissantes dans plusieurs secteurs d'activité», affirme le pdg et éditeur de Septembre éditeur, Martin Rochette, en soulignant qu'il n'était pas évident pour les jeunes de faire un choix dans la panoplie de programmes offerts par les établissements. Il déplore d'ailleurs le peu d'accompagnement accordé par les écoles en matière d'orientation scolaire. 
«Les jeunes sont laissés à eux-mêmes la plupart du temps. Le choix d'un programme au cégep se fait souvent à la dernière minute. Pas surprenant qu'un cégépien sur trois va changer de programme en cours de route.»
Des 150 métiers et professions répertoriés, les experts rassemblés par Septembre éditeur ont désigné 40 lauréats. Et de ces 40 lauréats, ils en ont porté neuf en triomphe - les trois meilleurs résultats obtenus par les métiers et les professions de chacun des trois ordres d'enseignement - en leur attribuant des palmes d'or, d'argent et de bronze. (Voir le tableau)
Évaluation
Pour évaluer chacun des 150 métiers et professions, l'éditeur a développé une grille d'appréciation qui tient compte, par exemple, du salaire moyen ou des perspectives d'insertion sur le marché du travail. 
Ce dernier critère compose d'ailleurs 35 % de la «valeur carrière» développée par Septembre éditeur. Le maintien en emploi, la mobilité géographique et la diversité des milieux de pratique sont les autres principaux critères retenus.
La profession championne toute catégorie est celle de psychoéducateur. On fait état d'un salaire moyen de départ de 54 392 $, d'un taux de chômage de 0 % et d'un temps de recherche d'emploi ne dépassant pas deux semaines! En 2013, 96 % des 115 diplômés occupaient un emploi lié à leur formation et 92 % d'entre eux besognaient à temps plein. La description de l'emploi de psychoéducateur est accompagnée du témoignage d'une étudiante à la maîtrise et des conseils d'un spécialiste qui explique ce qu'il faut pour devenir un bon psychoéducateur. L'accès à un mentor par l'entremise d'Acedemos Cybermentorat est même possible. Le Palmarès des carrières utilise la même approche pour les 149 autres métiers et professions.
Avis de recherche
Chaque année, Septembre éditeur cherche à améliorer son produit. Cette année, il a ajouté des outils - un questionnaire d'autoévaluation et une démarche d'introspection proposée par Cursus en ligne - pour aider les jeunes à faire un choix judicieux parmi l'éventail de programmes de formation s'offrant à eux. Il propose aussi des «avis de recherche» afin de trouver des candidats pour des programmes de formation pour lesquels les perspectives d'emploi sont intéressantes, mais qui sont boudés par les jeunes. C'est le cas des programmes liés aux techniques de la géomatique proposés par le Cégep Limoilou et qui ouvrent la voie à deux spécialisations : la cartographie et la géodésie. 
«Huit étudiants en cartographie et 20 en géodésie ont obtenu leur diplôme l'an dernier. Ils se sont tous trouvé un emploi», rapporte-t-on en ajoutant qu'il était possible d'effectuer une session d'études au Pérou.
Des candidats, il en manque aussi au programme de techniques de la plasturgie du Cégep de Thetford Mines. «Deux diplômés, l'année dernière, un seul cette année. Il en faudrait au moins une vingtaine de plus par année pour répondre aux besoins du marché», témoigne un enseignant. Ce n'est guère plus rose au programme d'architecture navale de l'Institut maritime du Québec à Rimouski. «Le taux de placement des étudiants est de 100 %. Même les enseignants sont sollicités pour reprendre le chemin des chantiers navals!» signale-t-on.
Du côté de l'Université Laval, le programme de baccalauréat en génie des mines et de la minéralogie peine à trouver des étudiants. Pourtant, le travail ne manque pas, le taux de placement est de 100 % et le salaire annuel moyen s'élève au-dessus de 83 000 $.