Les principaux dirigeants d’OxyNov, Jean-Luc Balzer, Martin Morrisette et Francois Lellouche

OxyNov: un actionnaire aux poches profondes

OxyNov a de grandes ambitions pour sa technologie qui prévoit révolutionner la façon dont l’oxygène est donné dans les hôpitaux aux personnes souffrant de maladies respiratoires. Pour accéder à de nouveaux marchés à compter de 2019, dont les États-Unis, l’entreprise de Québec accueille un nouvel actionnaire dans ses rangs.

Un actionnaire aux poches profondes de toute évidence.

Il s’agit de la société française Vygon. Un groupe spécialisé dans la conception, la production et la commercialisation de dispositifs médicaux de haute technologie pour les professionnels de la santé. Chaque année, elle achemine plus de 205 millions de produits dans plus de 120 pays, selon un communiqué émis lundi.

Créée en 1962, Vygon compte sur une équipe de 2150 collaborateurs sur la planète et affichait en 2017 un chiffre d’affaires de près de 500 millions $.

OxyNov et Vygon ont annoncé, lundi, que la société française faisait l’acquisition de 20 % des parts de la compagnie de la capitale qui a vu le jour à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

Les détails financiers de la transaction n’ont pas été dévoilés. En plus de Vygon, Desjardins-Innovatech et d’autres investisseurs ont ouvert leurs goussets pour permettre à OxyNov d’obtenir les moyens de ses ambitions.

Rappelons qu’en 2017, au moment d’amorcer la commercialisation de Free02, son appareil d’ajustement automatisé de l’oxygène, OxyNov avait bénéficié d’un coup de pouce de 500 000 $ de Desjardins-Innovatech et du Campus des technologies de la santé, un accélérateur d’entreprises dans le domaine des technologies médicales.

Lors d’une autre opération de financement réalisée également l’an dernier, OxyNov avait profité d’un investissement d’un demi-million de dollars du Fonds InnovExport.

«Nous nous réjouissons de cette participation dans OxyNov qui s’inscrit dans notre stratégie de développement à l’international», a souligné Stéphane Regnault, le président de Vygon. « La solution FreeO2 complète l’offre de Vygon dans la gamme respiratoire et va nous permettre de rester à la pointe des développements technologiques dans ce domaine.» Vygon vendra l’appareil Free02 en Europe et dans certains pays d’Afrique et d’Asie.

Coup d’accélérateur

Évidemment, le pdg d’OxyNov, Jean-Luc Balzer, était aux petits oiseaux.

«Nous sommes très fiers d’avoir noué ce partenariat stratégique avec Vygon», a-t-il déclaré. «Il donne à OxyNov les moyens d’ouvrir de nouveaux marchés au FreeO2, dont les États-Unis prévus en 2019 et, de poursuivre le développement d’une gamme d’autres produits très innovants complétant le FreeO2.»

À l’hôpital, un patient reçoit de l’oxygène à partir d’un débitmètre à bille qui doit être constamment ajusté manuellement par une infirmière. Une technologie centenaire, avancent les docteurs Erwan L’Her et François Lellouche qui ont mis au monde OxyNov en 2009.

Validé auprès de 500 patients au Québec et en France, le Free02 a réussi à démontrer une amélioration de l’efficacité du traitement, une diminution des complications, un allègement de la charge de travail du personnel infirmier et une réduction des durées de traitement et de séjour à l’hôpital. Une diminution pouvant atteindre 30 % du temps d’hospitalisation. Le confort et la sécurité des patients s’en trouvent aussi amélioré, prétendent les inventeurs du dispositif médical.

L’appareil vedette d’OxyNov mesure, en temps réel, l’oxygénation du patient et ajuste automatiquement le débit d’oxygène nécessaire au patient.