Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marc-André Campagna, président-directeur général et cofondateur d’oxio
Marc-André Campagna, président-directeur général et cofondateur d’oxio

oxio intègre l’incubateur californien Y Combinator

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
À peine deux ans après sa création oxio, un fournisseur indépendant et 100 % digital dans l’industrie des télécommunications, figure parmi les jeunes entreprises les plus prometteuses au monde. La start-up québécoise a été accepté au sein du prestigieux incubateur californien Y Combinator reconnu pour avoir révélé des entreprises comme Airbnb, DoorDash, DropBox et Pinterest.

«C’est complètement irréel ce que nous sommes en train de vivre!» a lancé Marc-André Campagna, président-directeur général et cofondateur d’oxio en direct de Mountain View, dans la Silicon Valley. «Le programme vient de commencer et nous avons déjà eu l’occasion d’échanger avec certains des plus puissants entrepreneurs en technologie sur la planète, des personnes qui prennent généreusement le temps de nous aider à concrétiser notre vision en nous partageant leurs plus précieux conseils.

«L’industrie des télécommunications va changer dans les prochaines années, au bénéfice des consommateurs. oxio veut mener ce changement de front. Être accepté à Y Combinator, pour nous, c’est un vote de confiance énorme et une confirmation que nous avons le potentiel d’y arriver.»

N’entre pas qui veut à Y Combinator. Seulement 1,5 % des jeunes entreprises qui posent leur candidature pour profiter de son programme de mentorat sont acceptées ce qui en fait l’un des plus difficiles d’accès. Y Combinator est dirigé par un investisseur de la Californie qui s’est donné comme mission d’investir dans les entreprises innovantes à travers le monde. 

«Notre présence à Y Combinator nous permettra d’avoir accès à un réseau assez impressionnant d’investisseurs, de mentors, de conseillers, de gens de la Silicon Valley qui seront là pour nous aider à développer et à faire croître notre entreprise. Ces gens ont déjà investi dans des entreprises qui valent aujourd’hui plusieurs milliards, mais qui sont d’abord passées par tous les genres de problèmes qu’une entreprise peut rencontrer au cours de sa vie. Et ils veulent transmettre cette connaissance avec de jeunes entrepreneurs comme nous.

«Je crois que l’humain apprend beaucoup par osmose. Et en étant connectés avec d’autres individus qui ont eu de grandes visions et qui ont monté des entreprises qui valent maintenant plusieurs milliards de $ nous avons la chance de voir que c’est possible de se rendre là un jour et de profiter d’un réseau pour être en mesure éventuellement d’avoir les moyens de nos ambitions. Notre route ne fait juste que commencer.»

M. Campagna ne cache pas que le fait d’être parrainé par Y Combinator venait avec beaucoup de pression. Il a ajouté que celle-ci était normale et qu’elle venait à chaque fois qu’une entreprise acceptait des capitaux extérieurs venant d’investisseurs. Il ajouté que la pression chez oxio était là depuis le jour un, mais que son équipe était capable de composer avec celle-ci.

D’Accès Télécom à oxio

C’est alors qu’il était étudiant en droit à l’Université Laval que M. Campagna a jeté les bases d’oxio en compagnie de Francis Careau. Afin de régler la problématique d’Internet en région, le duo avait déployé des réseaux micro-ondes. À l’époque, leur entreprise portait le nom d’Accès Télécom. De fil en aiguille, les deux entrepreneurs se sont rendus compte qu’ils y avaient de plus grandes problématiques et donc, de plus grandes opportunités dans le marché au niveau des logiciels pour opérer les réseaux de télécommunications. 

«C’est à ce moment que nous avons changé de nom. Nous avons délaissé notre ancien modèle d’affaires et oxio est venu au monde. Notre mission est d’utiliser la technologie pour placer l’expérience client au centre du modèle d’affaires afin d’éliminer tous les irritants, tout en offrant un prix juste et équitable!»

La solution de la start-up pour y arriver, concevoir un seul logiciel extrêmement performant qui permet à un grand fournisseur d’automatiser l’ensemble de ses opérations. Grâce à une belle technologie, il peut être capable de bien répondre au client et lui offrir le meilleur service possible. Ce logiciel lui permet aussi de diminuer ses frais et donc d’offrir des prix extrêmement compétitifs.

Fournisseur indépendant de télécommunications qui offre des services Internet, de téléphonie et de télévision à prix juste et équitable, oxio compte aujourd’hui 41 employés et 10 000 clients. L’entreprise a amassé 10 millions $ en financement auprès d’Y Combinator,  de Kima Ventures, d’Investissement Québec, de Desjardins, d’Anges Québec et d’investisseurs québécois de renom dont Martin Bouchard. Questionné sur ses ambitions et les projets que son entreprise comptait développer à court et moyen terme, il a indiqué :

«Actuellement, nous offrons des services Internet, de téléphonie et de télévision à travers presque tout le Québec. Lors des prochains mois, nos services seront disponibles en Ontario. Le but pour la prochaine année sera d’offrir nos services à travers le Canada. Nous désirons devenir l’entreprise en télécommunications la plus aimée de ses clients au Canada et celle qui offre les prix les plus compétitifs.»