Yanik Guillemette, le créateur de Outgo, a trouvé en Benoît Gagnon un partenaire qui a aussi une expérience du monde des affaires.

Outgo: quand la nécessité est mère d'invention

Pour l’entrepreneur Yanik Guillemette, on peut dire que la création de la jeune entreprise Outgo il y a trois ans relevait de la nécessité. L’ancien promoteur immobilier et propriétaire de commerces avait constaté les difficultés à faire développer un site Web transactionnel pour ses entreprises et a décidé de prendre les choses en main. Aujourd’hui, Outgo collabore avec les entreprises pour les aider à développer leur site transactionnel ou pour le rendre plus efficace.

«La naissance d’Outgo vient de mon expérience négative dans la mise en ligne de sites transactionnels. J’avais acheté deux commerces de détail et j’ai mis en ligne des sites Web transactionnels, ce qui m’a coûté entre 15 000 $ et 20 000 $. Cependant, à moins d’avoir une marque très connue, c’est très difficile de vendre des forfaits cadeaux en ligne. C’est comme avoir une belle affiche au milieu d’un champ désert. J’ai payé beaucoup pour faire augmenter le trafic, mais ce n’était pas à la hauteur de mes investissements. En deux mots : j’ai payé une agence pour développer un site Web et, une fois en ligne, ça scrappait tout le temps et il n’y avait presque pas de clients», raconte l’homme d’affaires. Il avoue aussi avoir été fort déçu de l’aide reçue de la part de ces agences, qui n’avaient pas beaucoup de temps à consacrer à leurs clients.

Prendre en main

Autodidacte, Yanik Guillemette a donc décidé une fois de plus de prendre les choses en main et de développer un site Web orienté autour des activités, escapades, la détente et la gastronomie dans lequel il allait inclure gratuitement des clients intéressés à y vendre leurs forfaits, cartes cadeaux et expériences cadeaux en échange d’une commission sur les ventes. «Il s’agit d’aider les entreprises qui souhaitent prendre le virage numérique, mais qui ne savent pas nécessairement comment s’y prendre. En fait, on leur offre des outils et notre visibilité, notre audience qui visite notre site pour le contenu vidéo, les photos, la vingtaine de canaux et notre infolettre. Aujourd’hui, Outgo reçoit 60 000 visites par mois et il y a 425 000 personnes abonnées à notre infolettre», explique-t-il, ajoutant que sa jeune entreprise a conclu 300 «partenariats» avec des clients.

«Si une entreprise n’a pas de site Web transactionnel, on peut leur en bâtir un et si l’entreprise en possède déjà un, on peut lui ajouter de l’apport», indique Yanik Guillemette.

«Ce que j’ai appris il y a deux ou trois ans, je le rends maintenant disponible à l’ensemble des commerçants du Québec avec Outgo. J’ai mis la totalité de mes économies dans ce projet. J’y crois énormément», reprend Yanik Guillemette, qui assure avoir «pris sa retraite» de ses autres aventures entrepreneuriales. «J’ai fait un virage complet dans ma carrière. J’ai choisi de miser sur l’une des grandes tendances du commerce qui est d’offrir des expériences aux clients. Et le faire en ligne est la meilleure solution. J’ai déjà eu un kiosque dans un centre commercial pour un de mes anciens projets, Station Blü bains nordiques, et c’était la catastrophe. En ligne, tu n’as pas de loyer, pas de comptabilité, pas de personnel.»

Nouvel actionnaire

Depuis mai 2018, l’animateur Benoît Gagnon, du 107,3 Rouge FM, s’est joint à l’actionnariat de l’entreprise. «Comme animateur, je cherchais du contenu et j’ai trouvé ça intéressant, ce qu’il y avait sur Outgo alors j’en ai parlé en ondes. La mention a fait ajouter 4 000 personnes au site Instagram d’Outgo et Yanik Guillemette a contacté l’ancien animateur de Salut, Bonjour! «Deux semaines après, on prenait une bière ensemble et trois semaines après, on devenait partenaires», illustre l’entrepreneur.

En Benoît Gagnon, il a trouvé un partenaire qui pourra faire connaître davantage Outgo auprès de ses nombreux contacts des milieux hôtelier et de la restauration et qui a aussi une expérience du monde des affaires en étant propriétaire, entre autres, de la Brasserie Amiral et du site de poker en ligne Tryangle Gaming. «D’ici la fin de 2019, Outgo deviendra pancanadien. On travaille déjà sur une version anglaise pour le site. Éventuellement, on aimerait que Outgo devienne pour l’expérience ce que Google est à la recherche», conclut avec beaucoup d’ambition l’animateur radiophonique.