Danielle Dussault a fondé le comptoir en 1982 à Place Sainte-Foy. Son fils Nicolas Nourcy a pris les rênes de l’entreprise familiale en 2017 sous l’appelation Origine café-traiteur. Le comptoir de Place Ste-Foy a fermé dimanche .
Danielle Dussault a fondé le comptoir en 1982 à Place Sainte-Foy. Son fils Nicolas Nourcy a pris les rênes de l’entreprise familiale en 2017 sous l’appelation Origine café-traiteur. Le comptoir de Place Ste-Foy a fermé dimanche .

Origine café-traiteur ferme son comptoir à Place Ste-Foy après 38 ans de service

Dimanche était la dernière journée du comptoir Origine café-traiteur à Place Ste-Foy. L’entreprise a décidé de mettre fin à ses activités dans le centre commercial où elle était présente depuis 1982.

«Hier [dimanche] marquait une journée importante au sein de notre entreprise. C’est le cœur gros que nous aurions dû effectuer notre dernière journée d’activités à Place Ste-Foy. Après 38 ans de service, nous quittons notre café comptoir de Sainte-Foy. Bien que cette décision soit déchirante, nous avons décidé d’aller de l’avant et de nous concentrer sur de futurs projets. Comme la situation actuelle ne nous ait pas permis de vous servir une dernière fois, nous tenons à dire merci à tous nos fidèles clients. Merci de nous avoir accompagnés pendant toutes ces années. Ce fut un plaisir de vous servir. Notre service de traiteur demeure en fonction et nous avons hâte de reprendre le service de notre Îlot-bar de l’aéroport international Jean-Lesage de Québec», pouvait-on lire dans une publication dans la page Facebook du commerce, mise en ligne lundi.

Une décision qui pèse lourd dans le cœur de la mère de Nicolas Nourcy, Danielle Dussault, qui a fondé le comptoir à Place Ste-Foy avec son défunt mari Antoine Nourcy en 1982. «Ça fait deux jours qu’elle a le cœur gros. Elle pensait que ce serait facile, mais on voit qu’elle n’aime pas ça tant que ça.»

Rien à voir avec la COVID-19

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette fermeture n’a rien à voir directement avec les mesures de confinement en lien avec la crise de la COVID-19, même si cette dernière a en quelque sorte précipité les choses.

«C’était la fin de notre bail le 31 mai. On avait déjà pris la décision de cesser les activités au centre d’achats depuis au moins un an. Ce n’est pas du tout lié à la COVID-19, mais ça confirme encore plus notre décision», résume Nicolas Nourcy, fondateur de la bannière Origine café/traiteur. «Déjà, pour les restaurants, ça sera compliqué et imaginez, dans les centres d’achats, ça le sera encore plus. Personne ne peut s’asseoir au comptoir. Ce n’est pas rose du tout», ajoute-t-il, en soulignant au passage que l’achalandage dans les centres commerciaux, ce n’était plus ce que ça a déjà été.

«C’est plus une gestion des opportunités, étant donné qu’on prévoyait ouvrir un nouveau resto, du côté ville à YQB [l’aéroport Jean-Lesage]. Je ne me voyais pas refaire le resto à Place Ste-Foy en même temps. En plus, avec la pénurie de main-d’œuvre de l’avant COVID», commente M. Nourcy.

Rappelons qu’Origine café-traiteur exploite son Café & Îlot-bar YQB situé dans la zone sécurisée de l’aéroport Jean-Lesage, en plus d’une cafétéria pour les employés d’Olympus NDT Canada dans l’Espace d’Innovation Michelet depuis deux ans et demi. Le service de traiteur est également logé dans l’édifice où se trouvent aussi les bureaux d’ABB et Eddyfi.

Avec ses étals vidés et ses tables retournées, le comptoir Origine café-traiteur de Place Ste-Foy a cessé ses activités après 38 années de service.

À l’aéroport, Origine café-traiteur a fermé en premier dès le début de la crise de la COVID-19, selon M. Nourcy. «Les autres ont suivi deux semaines après», dit-il. «Pas évident, quand en temps normal, pendant une grosse journée, il y a 5000 passagers par jour. Là, on est passé à tout au plus 100 par jour!»

Nouveau projet à l’aéroport en veilleuse

La crise de la COVID-19 arrive à un bien mauvais moment pour Origine café-traiteur. L’entreprise avait signé avec la direction de l’aéroport une entente pour l’exploitation d’un autre comptoir dans la zone non sécurisée (du «côté ville»), qui serait ouvert aux visiteurs et à l’ensemble des employés du complexe aéroportuaire. «C’est quand même une bonne clientèle locale. Environ 30 à 40 % du chiffre d’affaires provient des employés de l’aéroport et des commerces avoisinants.» 

En même temps, Origine comptait fournir son comptoir dans la zone sécurisée à partir de son nouveau resto. «Ça aurait été plus frais. Mais tout ça devra attendre au moins un an», ajoute le restaurateur qui estime à 5000 le nombre d’employés sur le site même de l’aéroport Jean-Lesage. «On prévoyait même faire un concept où le stationnement aurait été gratuit pour que les employés des commerces voisins — par exemple, Capitale Hélicoptère — puissent venir y manger.»

M. Nourcy suggère d’être patient. «On va avoir un été relax», lance-t-il à la blague. «On pense que ça va reprendre en septembre, ça dépend s’il n’y a pas une seconde vague. Il faudra être résilient», conclut-il en ajoutant qu’il faudra attendre jusqu’en 2023 avant d’atteindre le même niveau d’activités qu’en 2019.