Un groupe d’une soixantaine de voyagistes chinois a découvert les attraits du Vieux-­Québec, vendredi.

Opération charme pour attirer les touristes chinois

Signe que l’intérêt des touristes chinois envers le Québec s’accroît à vitesse grand V depuis quelques années, un groupe d’une soixantaine de voyagistes chinois est débarqué à Montréal jeudi et entame une tournée express des principaux attraits de la province, question de se laisser charmer par ses plaisirs.

C’est l’agence de voyages Sinorama, spécialisée en organisation de voyages en Asie, qui a bouclé la venue de cette délégation, explique Claude Landry, responsable des communications. 

L’objectif de la visite? Que les voyagistes chinois, à leur retour en Chine, développent de nouveaux produits touristiques et les vendent à une clientèle qui voyage de plus en plus.  

L’année 2018 ayant été désignée Année du tourisme Canada-Chine, ce qui devrait permettre de resserrer les liens entre les citoyens des deux pays, les membres de la délégation séjourneront quelques jours dans la province avant de repartir la tête remplie d’expériences, précise-t-on.  

Leur horaire est chargé. Après avoir visité Montréal, le groupe s’est déplacé à Trois-Rivières vendredi pour vivre une expérience toute québécoise : goûter les saveurs de la cuisine de la cabane à sucre. Puis la soixantaine de voyagistes a visité le Vieux--Québec et a participé au lancement du 64e Carnaval de Québec, au palais de Bonhomme.  

Leur séjour culminera dimanche à Montréal lors d’un sommet organisé dans le but de vendre ce que la province à de mieux à offrir. 

L’Office du tourisme de Québec (OTQ), la Sépaq, l’Office de tourisme de Charlevoix, Croisières AML et le Canadien de Montréal sont aux nombres des organisations qui prendront la parole devant les délégués. 

«On sent une opportunité d’affaires pour les Chinois qui viennent visiter le Québec», a avancé M. Landry.

Du côté de l’Office du tourisme de Québec, on se réjouit de la venue d’une délégation chinoise dans la capitale. Depuis quelques années, l’OTQ note une forte augmentation du nombre de touristes en provenance de l’empire du Milieu. 

Proportion croissante

Les chiffres les plus récents, qui datent de 2014, montrent que 36 317 Chinois étaient débarqués à Québec cette année-là. Ils représentaient plus d’un touriste asiatique sur trois, une proportion qui risque d’augmenter ces prochaines années.  

«On la regarde, on la cible, l’examine et la surveille, cette clien-tèle-là», a résumé Michel Goupil, conseiller marketing à l’OTQ. «Il y a une reconnaissance de Québec en tant que destination touristique», a-t-il expliqué, citant l’intérêt des touristes envers les musts de la capitale, dont le Vieux-Québec, mais aussi la chute Montmorency et l’expérience magasinage. 

En 2017, le gouvernement du Canada a relevé une hausse de 11 % du tourisme chinois au pays. En 2016, la Chine est devenue le deuxième marché pour les recettes touristiques, derrière les États-Unis.