Cela fait 23 jours qu'il y a un blocus ferroviaire à Listuguj.
Cela fait 23 jours qu'il y a un blocus ferroviaire à Listuguj.

Multiplication des démarches après 23 jours de blocus ferroviaire à Listuguj

LISTUGUJ – Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, a indiqué mardi, au 23e jour de blocus ferroviaire à Listuguj, qu’il est temps que les choses rentrent dans l’ordre puisque le transporteur craint notamment de perdre d’importants contrats.

M. Dubé n’a pas donné de détails au sujet des clients mettant de la pression pour que leurs marchandises recommencent à circuler entre la Gaspésie et le reste du continent, mais il a indiqué avoir saisi plusieurs ministères de l’importance du transport ferroviaire dans la région.

«Il faut que ça arrête. Le blocus met en péril des contrats de transport. Nous sommes pris en otage au milieu d’enjeux qui n’ont pas de rapport avec nos activités. Ce n’est plus juste la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG) qui en souffre mais toute la région. Je pense que le blocus n’a plus rien à voir avec ce qui se passe en Colombie-Britannique. Il y a des tensions à Listuguj même. C’est une année électorale et on se retrouve pris dans ces tensions internes», croit M. Dubé.

Les pertes de la SCFG s’élèvent à près d’un demi-million de dollars depuis le 10 février, mais M. Dubé précise qu’elles s’établiront à des millions $ si des contrats de transport sont annulés au cours des prochains jours.

Une réunion tenue mardi soir à Listuguj n’a pas débouché sur une quelconque annonce de la part des manifestants mi’gmaqs.