Momentum Technologies: grandir dans la diversité

Âgée d'à peine trois ans, Momentum Technologies remportait, en 2006, le prix Entreprise du monde attribué par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec à l'entreprise de 30 employés et moins qui se distingue par ses politiques de recrutement et d'intégration d'employés immigrants. À l'époque, 39 % de l'effectif du consultant en technologies de l'information provenait de neuf nationalités différentes.
Cinq ans plus tard, Momentum a grandi. Elle compte maintenant 120 employés, de 19 nationalités différentes. Le pourcentage de professionnels issus des quatre coins du globe est passé à 45 %.
«Nos Québécois trouvent que c'est beaucoup. Ils se demandent même s'ils ne deviendront pas, un jour, une minorité au sein de la firme!», raconte le président et l'un des cinq fondateurs de Momentum, Bruno Cloutier. «Ce sujet fait d'ailleurs l'objet de bonnes discussions avec nos employés québécois. Du côté de la direction, nous souhaitons idéalement maintenir un équilibre 50-50.»
Hier, l'entreprise de Québec a remporté, encore une fois, le prix Entreprise du monde à l'occasion de la 11e reprise du gala Un monde à faire. Cette fois, elle l'a emporté dans la catégorie des
31 employés et plus.
«L'intégration des immigrants, ça fait partie de notre réussite», résumait Bruno Cloutier, dont l'entreprise prévoit embaucher 50 autres employés au cours de la prochaine année, dont la moitié proviendra de l'étranger. Momentum était de l'équipage, en octobre, lors de la mission de recrutement organisée par Québec International au Brésil. Le voyage en a valu la peine puisque l'entreprise est à compléter les discussions avec six candidats, souligne la responsable des ressources humaines, Marie-Julie Verreault.  
Dès sa fondation, la firme a été confrontée au phénomène de la rareté de la main-d'oeuvre dans le secteur des TI. Les cinq fondateurs - des anciens de Cognicase - ont alors opté pour le recrutement international.
«Ça faisait partie de notre vision de dépasser les frontières», explique M. Cloutier en signalant que les premiers professionnels recrutés à l'étranger sont devenus, aujourd'hui, des gestionnaires au sein de l'entreprise. Et il n'est pas loin le jour où des immigrants pourront accéder à des statuts d'associé au sein de l'entreprise.
Pour Bruno Cloutier, la recette du succès ne repose pas sur des stratégies de recrutement et d'intégration sophistiquées. «La clé de notre succès, c'est le respect accordé à tous les employés. Nous n'en faisons pas plus pour nos employés venus de l'étranger que pour ceux qui viennent de Québec. Nous évitons de placer les immigrants sur un piédestal. D'ailleurs, ces derniers ne veulent pas d'un traitement spécial», explique le président de l'entreprise, en signalant qu'au barbecue annuel de la compagnie, la viande casher et la viande «normale» faisaient bon ménage.
La recherche de talents et l'intégration des nouveaux arrivants ne sont pas exclusivement l'apanage du service des ressources humaines. Les travailleurs immigrants, qui ont des contacts partout dans le monde, sont devenus des recruteurs hors pair pour Momentum. De plus, un comité d'accueil formé exclusivement d'employés a récemment été mis sur pied pour accompagner les nouveaux arrivants dans leur installation à Québec.
Le gala Un monde à faire a permis d'honorer d'autres entreprises qui facilitent l'intégration des immigrants dans la communauté. Le prix Entreprise en émergence a été remis à Ambioner. La propriétaire du restaurant Général Tao, Ching Shen, a reçu le prix de l'Entrepreneur immigrant. Le prix Soutien à l'intégration a été décerné à la caisse populaire de Québec. Le Service de placement de l'Université Laval a décroché, pour sa part, le prix de l'intégration de la relance. Dolbec International a reçu le prix Entreprise du monde destiné aux entreprises de 30 employés et moins.
Quant au prix Hommage soulignant la contribution extraordinaire à la société d'une personnalité d'origine immigrante, il a été attribué à Augustin Raharolahy.