Molson Coors doit composer avec une baisse de la demande pour les grandes bières commerciales en Amérique du Nord.

Molson Coors mise sur les boissons de choix

Le brasseur Molson Coors prévoit continuer à offrir davantage de boissons de qualité supérieure et novatrices, y compris une gamme de boissons infusées au cannabis qui sera lancée prochainement, alors qu’il doit composer avec une baisse de la demande pour les bières commerciales en Amérique du Nord.

«Les consommateurs boivent un peu moins, mais mieux», a observé mardi le chef de la direction Mark Hunter au cours d’une conférence téléphonique avec des analystes, après la publication des résultats financiers du quatrième trimestre.

La société doit accélérer l’ajout d’article de choix à son portefeuille et à son programme d’innovation, a-t-il souligné.

Le brasseur redouble d’efforts pour promouvoir plusieurs marques, dont Blue Moon, une bière d’artisanat pour laquelle Molson prévoit de doubler ses dépenses en médias aux États-Unis. Cette marque porte le nom de Belgian Moon au Canada.

M. Hunter a également présenté certains des efforts d’innovation de la société, notamment des boissons infusées au cannabis.

La société espère que Truss, une coentreprise formée avec le producteur de cannabis Hexo, sera en mesure de lancer une gamme de boissons infusées au cannabis cet automne. Le gouvernement fédéral a annoncé qu’il légaliserait les produits alimentaires au cannabis d’ici le 17 octobre.

Molson a dépassé ses objectifs de plans d’économies pour 2017-2019, ce qui l’a partiellement protégée de la baisse de la demande de l’industrie en Amérique du Nord, entre autres difficultés, a indiqué M. Hunter.

La société a également retraité ses résultats financiers pour 2016 et 2017 en raison d’erreurs de comptabilité liées à l’impôt.

Pour 2016, elle a sous-évalué son passif d’impôt différé et sa charge d’impôt, ce qui a entraîné une surévaluation du bénéfice net de 399,1 millions $US.

Toutefois, le passif d’impôts différés a nécessité une réévaluation en 2017 en raison de modifications de l’impôt américain, ce qui a entraîné une surévaluation de sa charge d’impôts sur les bénéfices et une sous-évaluation de son bénéfice net de 151,4 millions $US pour l’exercice.

La société a fait état d’un bénéfice de 76 millions $US pour son quatrième trimestre, soit 35 cents US par action pour le trimestre clos le 31 décembre, contre un bénéfice de 716,9 millions $US, ou 3,31 $US par action, un an plus tôt.

Son bénéfice sous-jacent pour le trimestre s’est élevé à 182,3 millions $US, ou 84 cents US par action, en hausse par rapport à 134,3 millions $ US, ou 62 cents US par action, un an plus tôt.

Les ventes nettes ont totalisé 2,42 milliards $US, contre 2,58 milliards $US un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient à ce que Molson Coors dévoile un bénéfice ajusté de 79 cents US par action au plus récent trimestre, à partir d’un chiffre d’affaires de 2,5 milliards $US, selon les prévisions recueillies par Thomson Reuters Eikon.

Pour l’ensemble de l’exercice, le bénéfice net du brasseur a diminué pour s’établir à 1,12 milliard $US sur des revenus de 10,8 milliards $US, contre 1,56 milliard $US sur des revenus de 11 milliards $US en 2017.

L’action de Molson Coors a cédé mardi 5,10 $, soit 5,8 %, pour clôturer à 82,90 $ à la Bourse de Toronto.