Par sa réorganisation, IOC dit espérer se doter de la «structure appropriée» pour atteindre ses objectifs

Mises à pied chez IOC

Une douzaine de cadres de la Compagnie minière IOC ont été mis à pied à Sept-Îles, selon ce qu'a appris Le Soleil. Ces licenciements s'inscrivent dans une réorganisation interne entamée cet automne pour maintenir la viabilité des activités de la société, qui possède des installations à Sept-Îles et au Labrador.
La minière IOC refuse de confirmer le nombre de mises à pied effectuées dans le cadre de cette restructuration, mais affirme avoir «pris un certain nombre de mesures nécessaires pour nous aider à gérer les coûts et à assurer la durabilité de l'entreprise». Selon nos informations, un certain nombre de cadres au Labrador auraient aussi été remerciés par l'entreprise.
Avec un prix du fer baissier, la minière explique devoir «absolument trouver d'autres moyens d'accroître notre productivité et de réduire nos coûts et, pour ce faire, nous avons besoin de l'aide de tous nos employés. Il est de plus en plus difficile pour IOC d'assurer sa production de façon sûre et rentable».
Par sa réorganisation, IOC dit espérer se doter de la «structure appropriée» pour atteindre ses objectifs. «Autrement dit, les bonnes personnes, possédant les bonnes compétences, doivent occuper les bons postes. Ce processus de réorganisation s'inscrit dans une optique de transformation de l'entreprise nécessaire pour assurer la durabilité aujourd'hui et demain», a conclu la minière.
 La Côte-Nord est durement touchée par la débâcle du marché du fer. La semaine dernière, Cliffs Natural Resources annonçait la fermeture de la sa jeune mine du lac Bloom, une décision qui s'est traduite par la perte de 600 emplois à Sept-Îles et Fermont.