Les grandes lignes aériennes sont les grands absents de l'énonce économique du gouvernement Trudeau.
Les grandes lignes aériennes sont les grands absents de l'énonce économique du gouvernement Trudeau.

Mise à jour économique: pas d'aide supplémentaire pour l'aviation commerciale 

Christopher Reynolds
La Presse canadienne
Ottawa déploie une vague de nouveaux fonds pour les industries les plus touchées par la pandémie, y compris le tourisme, les arts et l’aviation régionale, avec une touche particulière pour les plus petites entreprises - mais les grandes lignes aériennes sont les grands absents de cet énoncé économique.

La mise à jour financière du gouvernement libéral, annoncée lundi, comprend un programme qui offrira des prêts à faible taux d’intérêt pouvant atteindre 1 million $ aux entrepreneurs les plus durement touchés.

À LIRE AUSSI: 381 milliards $ de déficit au fédéral, en attendant un plan de relance

L’énoncé économique de l’automne indique que le Programme de crédit pour les secteurs très touchés, qui s’ajoute à un programme de prêts d’urgence déjà en place pour les petites entreprises et récemment élargi, offrira des taux d’intérêt inférieurs à la moyenne du marché.

Entre-temps, le secteur touristique dévasté aura accès au quart d’une enveloppe de plus de 2 milliards $ qu’Ottawa distribuera aux agences de développement régional jusqu’en juin 2021, y compris le supplément de 500 millions $ annoncé lundi.

Cette décision vise à renforcer une industrie composée en grande partie de petites et moyennes entreprises et qui représente environ 750 000 emplois et 2 % du PIB, selon le gouvernement.

La mise à jour financière révèle que 181,5 millions $ supplémentaires seront versés au monde du spectacle et aux artistes par l’intermédiaire du ministère du Patrimoine canadien et du Conseil des Arts du Canada.

L’allègement des loyers et près de 700 millions $ d’investissements en immobilisations seront versés aux aéroports sur six ans, tandis qu’un soutien de 206 millions $ sera destiné aux transporteurs aériens régionaux.

Cependant, aucune annonce n’a été faite quant à un éventuel programme d’aide ciblant les grands joueurs de l’aviation commerciale comme Air Canada, alors que les pourparlers avec Ottawa se poursuivent.

«Nous espérions avoir une meilleure idée de la direction que prend le gouvernement. Au lieu de cela, il a répété la phrase qu’il a répétée à plusieurs reprises au cours des derniers mois - selon laquelle «il travaille toujours à l’établissement d’un processus d’aide financière avec les grandes compagnies aériennes»», a déclaré Mike McNaney, président du Conseil national des lignes aériennes du Canada.

Des pays à travers le monde ont accordé une aide de 173 milliards de dollars aux transporteurs, a-t-il fait valoir. Il est à noter que beaucoup ont également exigé des compagnies aériennes qu’elles offrent des remboursements pour les vols annulés, ce qui, selon Ottawa, sera une condition de tout plan de sauvetage.

Le soutien à l’aviation régionale s’accompagne également de points d’interrogation.

«Une initiative régionale, qu’est-ce que c’est?» s’est demandé John McKenna, chef de la direction de l’Association du transport aérien du Canada, qui représente une trentaine de compagnies aériennes régionales.

«Nous n’avons aucune idée. Nous n’avons pas été consultés», a-t-il déclaré lors d’un entretien téléphonique. «Peu importe les nouvelles initiatives, essayez de soutenir les services existants pour qu’ils survivent.»

L’aide aéroportuaire de 686 millions de dollars comprend 500 millions de dollars sur six ans, à compter de cette année, pour soutenir les dépenses d’infrastructure dans les grands aéroports qui incluraient des projets de transport en commun massifs, comme la nouvelle station de train léger sur rail à l’aéroport Montréal-Trudeau.