Cliffs Natural Resources n'a pas su rétablir la rentabilité de la mine Scully, comme elle souhaitait le faire depuis octobre.

Mine Scully: 500 travailleurs renvoyés à la maison

Un lourd couperet est tombé mardi chez Cliffs Natural Resources, qui a pris la décision de suspendre les opérations de sa mine Scully au Labrador, renvoyant ainsi à la maison quelque 500 travailleurs à Sept-Îles et Wabush. Malgré des rumeurs de fermeture qui se voulaient persistantes, la nouvelle fait mal à la Côte-Nord, qui subit depuis 2013 les contrecoups du ralentissement du fer.
«Il y avait une grande incertitude à Scully depuis quelque temps», a fait valoir le directeur général de la division Pointe-Noire de l'entreprise, Steeve Charest, après avoir annoncé la nouvelle à ses employés de Sept-Îles, en fin de journée. «La structure de coût de la mine n'était plus viable à long terme, ce qui explique le choix des dirigeants.» En octobre, la minière s'était d'ailleurs donné l'objectif de rétablir la rentabilité de la mine dans un délai de 90 jours, qui n'aura vraisemblablement pas été suffisant.
Pourtant, à Wabush, où Cliffs est le principal employeur, l'annonce a pris tout le monde par surprise. «Personne ne pouvait prévoir qu'ils nous diraient ça de même, il y a beaucoup de frustration», a exprimé le porte-parole des Métallos, Euclide Haché, qui représente 400 hommes. «Nous n'avons pas encore toutes les réponses, mais ce sera certainement un coup dur pour la municipalité», s'est-il désolé.
À Sept-Îles, les spéculations entourant l'avenir de Cliffs allaient bon train depuis le début de 2014. «Les gars se doutaient que quelque chose se passait», a exprimé le représentant syndical de Pointe-Noire, Robert Roy. «Mais, un coup de marteau, ça fait mal même si tu sais que tu vas le recevoir», a-t-il lancé. C'est d'ailleurs un deuxième «coup de marteau» pour les travailleurs septiliens puisque Cliffs a aussi fermé son usine de bouletage en juin, supprimant 165 postes.
En vigueur dès mercredi matin
L'arrêt à la mine de fer du Labrador est en vigueur dès ce matin. Seuls les services essentiels seront maintenus pour l'instant, a laissé savoir l'entreprise. À Sept-Îles, d'où le minerai est expédié, l'interruption des activités de Scully se traduira par la perte d'une centaine d'emplois, dont une vingtaine de postes-cadres. Les mises à pied devraient néanmoins se faire de façon plus progressive, d'ici quelques semaines, selon le syndicat. Cliffs n'embauchera alors pas plus de 200 travailleurs à Pointe-Noire.
Cliffs misera dorénavant sur l'exploitation de sa mine de fer du lac Bloom, près de Fermont, pour assurer la pérennité de sa division Est-du-Canada. Dans un communiqué émis en fin de journée, la société américaine indique qu'elle n'exécutera que la phase 1 de son plan minier en 2014, ce qui lui permettra d'expédier de 5,5 à 6,5 millions de tonnes. La seconde phase d'expansion du lac Bloom est sur la glace depuis novembre 2012. À Fermont, la minière embauche 600 travailleurs.