L’Association des microbrasseries du Québec croit que la solution à l’offre grandissante de bières de microbrasserie passe entre autres par l’accès à de nouveaux marchés ou points de vente.

Microbrasseries: trop de bières pour les tablettes

Avec l’explosion de nouvelles microbrasseries et la recherche constante de nouveautés des consommateurs, il commence à être de plus en plus difficile pour tous les microbrasseurs de trouver leur place sur les tablettes des détaillants. Une «saturation» qui va forcer l’industrie à réfléchir à de nouveaux marchés ou à un changement de philosophie.

«La microbrasserie est en croissance. On a une augmentation du nombre de brasseries. On est passé à 28 brasseries de plus en 12 mois. C’est 15 % de plus», explique l’expert en bières Philippe Wouters. «Mais la tablette chez le détaillant, elle n’est pas extensible.» Ça représente entre 600 et 675 nouveaux produits cette année, selon un décompte réalisé par lui et son équipe.

L’éditeur de Bières et Plaisirs, qui signe aussi une chronique dans les journaux du Groupe Capitales Médias, dont Le Soleil, donnait lundi une conférence au Congrès de l’Association des microbrasseries du Québec (AMBQ).

Nouveautés avant tout

Bertrand Lemoyne, de Brasseurs sur demande dans Limoilou, estime que l’augmentation de l’espace tablette en épiceries ou dans les dépanneurs pour les produits de microbrasserie au cours des dernières années a permis d’éponger la hausse de l’offre pour l’instant. 

«Ça ne peut pas continuer comme ça», croit-il. «Il va y avoir des joueurs qui vont disparaître, il va y avoir une sélection naturelle qui va se faire, c’est inévitable.»

Non seulement y a-t-il beaucoup de nouvelles entreprises, mais le marché de la microbrasserie carbure à la nouveauté. «Les gens privilégient un produit nouveau qui risque de ne pas être bon plutôt que de miser sur la qualité qu’ils connaissent. On est dans un marché comme ça. C’est fou, mais c’est ça.»

Philippe Wouters remarque aussi cette tendance des consommateurs pour la diversité : ils vont boire de moins en moins deux fois la même bière. Toutefois, les amateurs seront dans certains cas fidèles à une microbrasserie, mais pas à une bière précise. D’ailleurs, des données dévoilées lundi par la firme Nielsen confirment que les consommateurs choisissent à 70 % la bière de microbrasserie qu’ils vont boire alors qu’ils sont en magasin. 

«On commence à avoir des détaillants qui décident de laisser beaucoup plus de places aux bières nouvelles, et d’enlever de plus en plus les bières qui fonctionnaient avant et c’est dangereux comme marché», fait valoir M. Wouters. «Il va falloir regarder ça avec beaucoup plus d’intérêt parce que ça peut poser des problématiques par la suite pour la croissance d’entreprises qui vont avoir des milliers d’hectolitres à vendre en bières et ne peuvent pas tout le temps vivre sur la nouveauté.»

Les bières importées, comme les Heineken ou Stella Artois, ont la cote même si elles ne proposent pas de nouveautés, note M. Wouters. «Pourquoi elles sont populaires? Parce que les gens les associent à un savoir-faire. Il va falloir que maintenant les microbrasseries quittent un peu l’effet de nouveauté pour arriver à l’effet de savoir-faire.» Sans cesser d’innover, elles devront peut-être se concentrer sur une gamme réduite de produits et miser sur l’expérience, le contexte de dégustation.

La directrice générale de l’AMBQ, Marie-Ève Myrand, croit que la solution à cette offre grandissante passe entre autres par l’accès à de nouveaux marchés ou points de vente. L’AMBQ souhaiterait entre autres que les détaillants qui font partie des grandes chaînes alimentaires aient plus de latitude, puisqu’ils sont souvent liés par des contrats nationaux avec les grands producteurs de bières.

SAQ, marchés, entrepôts

Elle fait aussi valoir que le modèle de la Société des alcools du Québec (SAQ) «n’est pas adapté» à leur industrie. «Les volumes exigés ne sont pas en phase avec les capacités de production des microbrasseries, les marges bénéficiaires» sont trop élevées, dit-elle. Mme Myrand déplore aussi que les microbrasseries ne puissent pas vendre dans les marchés publics. «Ce n’est pas un créneau qui est permis par la loi.»

Des magasins-entrepôts spécialisés pourraient peut-être voir le jour, observe quant à lui le brasseur Bertrand Lemoyne.

Le biérologue Philippe Wouters espère au moins que l’offre grandissante ne créera pas de guerre entre les microbrasseries pour se tailler une place sur les tablettes, alors qu’il existe dans l’industrie une belle solidarité. «Il faut que cette fraternité reste.»

+

MOINS DE VENTES À CAUSE DU POT?

La légalisation du pot risque de faire baisser la consommation de bières, selon des données fournies par la firme Nielsen lundi.

Ce sont 10 % des Canadiens qui ont indiqué qu’ils boiront moins de bières lorsqu’ils vont consommer du cannabis. 

«C’est un produit de substitution. M et Mme Tout-le-monde a un dollar loisirs à investir et il l’investit dans la bière, dans du vin, du cannabis», observe Marie-Ève Myrand, la directrice générale de l’Association des microbrasseries du Québec. Il est trop tôt pour en voir les effets. Certains brasseurs estiment que ça ne changera pas grand chose, puisqu’il y avait déjà des fumeurs de cannabis. D’autres craignent plus les impacts. 

Mais comme le consommateur de microbrasserie recherche avant tout une expérience gustative et non seulement un effet enivrant, elle pense que leurs produits seront moins affectés que les bières plus commerciales.

La diminution de consommation sera compensée par la croissance du secteur de la bière de microbrasserie, croit le biérologue Philippe Wouters.