Metro affirme que la réaction négative des consommateurs vis-à-vis de la politique d'expiration des points d'Air Miles, qui a finalement été abandonnée, jouera un rôle dans le renouvellement, ou non, du contrat entre les deux entreprises.

Metro songe à abandonner Air Miles en Ontario

La chaîne d'épiceries Metro envisage d'abandonner son partenariat avec Air Miles en Ontario à la faveur de son propre programme de fidélisation, en raison du mécontentement des participants au programme géré par LoyaltyOne.
Le détaillant montréalais affirme que la réaction négative des consommateurs vis-à-vis de la politique d'expiration des points d'Air Miles, qui a finalement été abandonnée, jouera un rôle dans le renouvellement, ou non, du contrat entre les deux entreprises.
Même si un changement de programme de fidélisation est une grosse décision pour le détaillant - certains fervents adhérents d'Air Miles sont aussi de fidèles clients de Metro - la société a été soumise à une certaine pression de la part des consommateurs ces derniers mois.
Avant sa volte-face du début décembre, la politique d'Air Miles prévoyait l'expiration, à la fin 2016, de tous les points obtenus avant 2012. Plusieurs observateurs et adhérents ont été irrités par le traitement que LoyaltyOne a réservé aux membres de son programme à l'approche de l'expiration des points.
Metro (TSX : MRU) participe au programme Air Miles dans ses magasins ontariens depuis l'acquisition d'A&P, en 2005. La société a lancé en 2010 le programme de fidélisation Metro & moi au Québec. Celui-ci compte 1,6 million de membres.
Ventes en hausse
Metro a vu ses ventes augmenter au premier trimestre, même si l'environnement a été plus difficile en raison d'un déclin des prix des aliments et de la forte concurrence. En attendant, les ventes se sont chiffrées à 2,97 milliards $ au cours du trimestre clos le 17 décembre, en hausse de 0,3 % par rapport à celles de 2,96 milliards $ à la même période un an plus tôt.
Malgré la pression sur ses ventes, le bénéfice de Metro a avancé, en excluant une baisse de contribution de 6,7 millions $ de sa participation dans Couche-Tard. En l'incluant, Metro a engrangé un bénéfice de 138,1 millions $, soit 58 ¢ par action, au plus récent trimestre. Un an plus tôt, il avait gagné 139,8 millions $, ou 56 ¢ par action. En outre, Metro a haussé son dividende trimestriel à 16,25 ¢ par action ordinaire, à compter du versement du 13 mars. Le dividende précédent, versé en novembre, était inférieur de 2,25 ¢ par action.