Jean D'Amour

Merinov ne fermera pas, assure Québec

Merinov sursoit à l'envoi d'avis de licenciement collectif à ses salariés, après des «discussions positives» avec le ministre responsable de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Jean D'Amour. Il n'est pas question de fermer ce centre de recherche sur les pêches et l'aquaculture, jure Québec, qui ne s'engage toutefois pas à combler totalement son manque à gagner.
Mercredi, Merinov avait annoncé à 50 de ses 90 travailleurs que leur emploi prendrait fin le 6 février. L'organisme est aux prises avec un manque à gagner de 800000 $, une somme attendue du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ) en plus d'un budget de base de 4,38 millions $.
«M. D'Amour s'est engagé à travailler avec nous de façon positive. On veut rassurer les employés», a déclaré hier le président de Merinov, Gino Lebrasseur. En annonçant de futures mises à pied, «on voulait expliquer la situation réelle à nos partenaires, pas nécessairement mettre de la pression sur le gouvernement, dit M. Lebrasseur. Les administrateurs ont des responsabilités : ils doivent prendre des décisions en fonction des normes du travail.»
Annonce «inappropriée»
L'équipe du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Pierre Paradis, nous a recommandé à son adjoint parlementaire, Germain Chevarie. «Il n'a jamais été question de fermer Merinov, le bras de recherche et de développement du MAPAQ», a réagi M. Chevarie. Annoncer un licenciement aux employés était «une décision inappropriée dans les circonstances», ajoute-t-il.
M. Chevarie admet que «ça a pris un certain temps» avant de confirmer le financement de Merinov, mais le budget du gouvernement libéral nouvellement élu n'a été adopté qu'au début de juin, justifie-t-il.
Selon M. Chevarie, Merinov devrait recevoir environ la moitié des 800000 $ demandés. Une somme de 150000 $ a été confirmée par lettre à l'organisme «il y a au moins dix jours», précise-t-il.
Le budget de Merinov, créé en 2010, a déjà été plus élevé : il atteignait 5,38 millions $ en 2012-2013. Ses employés sont établis en Gaspésie, aux Îles-de-la-Madeleine et sur la Côte-Nord.