Les avis de grève des responsables de services de garde en milieu familial seront communiqués à l’avance pour permettre aux parents de prévoir des changements.

Menaces de grève pour les services de garde de Beauport

Depuis trois ans, la CSN rapporte qu’environ 25 % des services de garde ont fermé leurs portes. Si les offres ne permettent pas d’obtenir des conditions de travail acceptables, plusieurs autres disparaitront du décor.

Les responsables de services de garde en milieu (RSG) familial de la CSN de Beauport ont adopté à l’unanimité samedi un mandat de moyen de pression pouvant aller jusqu’à la grève.

«Il n’est pas normal que le gouvernement ne s’assure pas de mieux traiter les 13 000 femmes qui prennent soin et qui éduquent environ 90 000 enfants, pendant dix heures, chaque jour, sous prétexte que ce sont des travailleuses autonomes et non des salariées», déplore Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CSN). 

Les dernières offres du Conseil du Trésor proposaient une augmentation de salaire de 6,5 % sur cinq ans, ce montant ne couvrirait pas l’inflation prévisible. La CSN craint un appauvrissement des services de garde.

«Déjà que ces femmes sont en bas du seuil de la pauvreté, leur offrir une augmentation équivalente à 0,06 $/l’heure est profondément insultant», ajoute Mme Gingras.


« Il n’est pas normal que le gouvernement ne s’assure pas de mieux traiter les 13 000 femmes qui prennent soin et qui éduquent environ 90 000 enfants, pendant 10 heures, chaque jour, sous prétexte que ce sont des travailleuses autonomes et non des salariées »
Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches

De façon démocratique, tous les syndicats de la CSN se prononceront sur cette recommandation en votant d’ici le 20 février. La grève pourra être déclenchée au moment jugé opportun par le syndicat si la négociation nationale ne progresse pas de façon significative. 

«Le ministre de la Famille doit s’assurer que les conditions sont en place afin de garantir un revenu décent aux RSG et qu’elles puissent continuer d’ouvrir leurs portes chaque jour», soutient Renée Langlois, vice-présidente du syndicat. 

Les avis de grève seront communiqués à l’avance pour permettre aux parents de prévoir des changements.