Cinquante travailleurs sont venus manifester devant le siège social de Groupe Le Massif mardi midi.

Menace de grève au Massif de Charlevoix

Les employés du Massif de Petite-Rivière-Saint-François, qui luttent pour le renouvellement de leur convention collective, prendront un vote de grève mardi prochain si la direction du centre de ski ne débloque pas.
La grève serait lancée durant la semaine de relâche, une période très achalandée. Cinquante employés sont venus manifester devant le siège social de Groupe Le Massif mardi midi directement de Charlevoix pour appuyer les revendications de leur syndicat (CSN).
Ce dernier pourra déployer les moyens de pression nécessaires pour atteindre ses objectifs.
Le syndicat demande une augmentation de salaire de 5 % par année, pour une convention collective de trois ans.
«Nous voulons en venir à la parité salariale avec les montagnes équivalentes comme le Mont-Tremblant», souligne Ann Gingras, présidente du Conseil central de Chaudière-Appalaches (CSN).
L'employeur demande une entente de six ans, avec un gel des salaires pour les deux premières années. Son offre salariale n'a, elle, pas changé. La convention collective est venue à échéance le 31 décembre 2013.