Le président de Momentum Technologies, Michel Ganache, estime que c'est l'application d'une «bonne stratégie» qui a permis à l'entreprise de figurer dans le palmarès des sociétés les mieux gérées de Deloitte.

Médaille d'or pour l'entreprise Momentum Technologies

Pas facile de se tailler une place parmi l'élite canadienne. C'est ce qu'est parvenue à faire l'entreprise Momentum Technologies, qui figure pour une première fois parmi le top 50 des sociétés les mieux gérées au Canada, selon Deloitte.
La recette du succès? «C'est de l'application de bonne stratégie», affirme son président, Michel Ganache. «Il y a aussi l'efficacité autant au niveau de nos opérations que de nos différents processus d'affaires. C'est un ensemble de facteurs.»
L'entreprise, dont le siège social est basé à Québec, vise en 2015 le marché de la côte est américaine pour offrir sa suite logicielle Manitou aux entreprises de services professionnels.
«Nous nous sommes donné un axe de croissance. Actuellement, la technologie est commercialisée uniquement au Québec», soutient M. Ganache. «Nous examinons maintenant la façon la plus stratégique de nous représenter à Boston: soit une alliance avec un partenaire du coin, soit carrément l'achat d'une firme américaine.»
Critères exigeants
Pour trouver place au sein de ces médaillés, les entreprises devaient répondre à des critères exigeants, tant sur la qualité de leur modèle d'affaires que sur la gestion de leur personnel.
«Il y a plusieurs critères: le leadership, l'amélioration des processus, les ventes et le marketing, les fusions et les acquisitions, la gouvernance des affaires et le risque, les talents, la structure organisationnelle, les finances et finalement les technologies», explique Gilles Cossette, associé leader de marché chez Deloitte pour la région de Québec. «Les entreprises doivent connaître une croissance annuelle assez importante année après année.»
À elles seules, les sociétés les mieux gérées ont connu une croissance économique en 2013 de plus de 10 %, relativement à 3 % pour la moyenne nationale.
«Se qualifier au concours des meilleures 50, c'est comme gagner une médaille d'or aux Jeux olympiques. Ce sont les Olympiques de nos compagnies canadiennes», conclut M. Cossette.