Le Massif du Sud est la propriété de l’homme d’affaires Alain Contant.

Massif du Sud: le maire de Saint-Philémon furieux

«Le principe, c’est que c’est une personne qui ne prend pas ses responsabilités!»

Le maire de Saint-Philémon, Daniel Pouliot, digère mal la sortie médiatique de l’homme d’affaires Alain Contant, propriétaire du Massif du Sud. Et il souhaite remettre les pendules à l’heure.

Mercredi, M. Contant énumérait dans Le Soleil plusieurs embûches qu’il avait vécues au cours des dernières années dans le secteur avec la municipalité ainsi que les MRC de Bellechasse et des Etchemins, notamment une injonction en 2013 de la Corporation d’aménagement et de développement du Massif du Sud.  M. Pouliot tient à rappeler que sa municipalité et le gouvernement ont injecté 9,2 millions $ en 2009 afin de soutenir les projets du promoteur. Et que ce dernier a entamé des poursuites contre la ville pour «environ 4,1 millions $». 

«Cela a été rejeté en 2015 par la cour, car il n’y avait rien de vrai. Il voulait poursuivre la municipalité, car il ne voulait pas payer ses taxes», indique le patron de Saint-Philémon, qui n’a pas l’intention de se mêler du dossier de la vente du Massif du Sud. «C’est une entreprise privée, il peut faire ce qu’il veut», poursuit-il. 

Parmi les reproches de M. Contant, l’homme d’affaires affirmait avoir injecté 100 000 $ dans un processus en 2010 pour vendre la station touristique aux MRC de Bellechasse et des Etchemins. M. Pouliot confirme qu’il a déjà eu des pourparlers en ce sens, mais qu’il s’agissait «d’une situation de dernier recours».

Depuis 2013, M. Contant était visé par la municipalité pour ne pas avoir payé ses taxes sur ses 57 terrains invendus. La semaine dernière, il a finalement versé près de 600 000 $. Le montant en souffrance s’élevait à 850 000 $. «Nous lui avons donné trois ans pour payer ces taxes, nous n’avons jamais fait ça pour personne. Pour une municipalité comme nous, 850 000 $, c’est énorme. Il a essayé par tous les moyens de ne pas payer», affirme M. Pouliot.

Le maire assure également qu’il n’y a jamais eu de dynamitage à l’insu de l’entrepreneur pour le développement du parc éolien. Quant à l’achat des terrains du Massif du Sud qui ont été vendus mardi au groupe Thirion-Beauregard, M. Pouliot stipule que M. Contant cherchait à acquérir ces terrains sans débourser d’argent.