Le président et chef de la direction de Mason Graphite, Benoît Gascon

Mason Graphite s'entend avec les Innus

L'arrivée de Mason Graphite sur le territoire ancestral de Pessamit se traduira sous peu en espèces sonnantes et trébuchantes au bénéfice de la communauté innue à l'ouest de Baie-Comeau. Les deux parties viennent de signer une entente sur les répercussions et avantages découlant de l'exploitation de la mine de graphite du lac Guéret.
L'Entente Mushalakan apportera des bénéfices financiers à la communauté, mais le président de Mason Graphite, Benoît Gascon, a tenu à ce que le montant de ces bénéfices reste confidentiel pour l'instant. À ses yeux, la stratégie de formation et d'emploi spécifiques aux Innus et les opportunités de contrats qui seront offertes à Pessamit sont plus significatives à terme.
La mine du lac Guéret, à 280 kilomètres au nord de Baie-Comeau, sera exploitée durant au moins 25 ans par Mason, au rythme annuel de 51 900 tonnes de concentré de graphite. Selon M. Gascon, à ce rythme d'extraction, la mine du lac Guéret a une espérance de vie de 212 ans.
Le président a aussi rappelé que son entreprise tenait à vivre en bons termes avec l'ensemble des intervenants de la région. «Techniquement, on aurait pu aller de l'avant sans le support de Pessamit ou de la Manicouagan, mais on veut être un bon voisin», a affirmé Benoît Gascon, ajoutant que c'était la première fois que la compagnie négociait avec une Première Nation «et on a adoré notre expérience».
Le chef de Pessamit, René Simon, a signalé pour sa part que sa communauté étudiait la possibilité de développer un partenariat afin d'assurer le transport routier du minerai extrait au lac Guéret jusqu'au concentrateur qui sera construit à Baie-Comeau. Une trentaine d'emplois en découlerait sur la centaine prévue au total du projet.