Pour une maison unifamiliale dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, le délai moyen de vente a passé de 122 à 140 jours.
Pour une maison unifamiliale dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, le délai moyen de vente a passé de 122 à 140 jours.

Marché immobilier: 47 % de plus de ventes en juin à Québec 

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Après la pause COVID, le marché immobilier de Québec est reparti de plus belle en juin. Il s’est vendu 47% plus de propriétés que l’an passé durant le même mois, hausse qui explose à 108% dans la périphérie nord. Pour l’ensemble de la province, c’est 79 % d’augmentation à l’extérieur des centres urbains.

«Le marché de Québec a passé la crise avec brio. La crise a eu un impact très, très limité sur ce marché», analyse l’économiste Charles Brant, de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. L’APCIQ a dévoilé mardi ses plus récentes statistiques du marché immobilier résidentiel québécois.

Après deux mois de ralentissement forcé dû à la COVID-19, on assiste à un effet de rattrapage évident dans cet impressionnant rebond observé presque partout dans la province. 

Reste que la région de Québec se positionne en tête des centres urbains québécois juste derrière Trois-Rivières, qui se trouve à 50 % de hausse des ventes comparativement à juin 2019. La Rive-Sud de Québec affiche aussi un bond de 50% à ce chapitre.


« Ce sont des marchés où on trouve des prix moins élevés qu’ailleurs. Et où la COVID n’a pas interrompu les activités immobilières tant que ça. Québec s’avère de plus en plus un marché à découvrir pour les aubaines, surtout avec le niveau de qualité de vie qu’on y retrouve. Ça, ça attire aussi les gens de l’extérieur. »
Charles Brant, économiste

Prix des condos en baisse

Les prix des propriétés à vendre dans la capitale n’ont pas beaucoup fluctué dans les dernières années.

Pour une maison unifamiliale dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec, bien qu’il s’en soit vendu 50 % de plus en juin 2020 (646) qu’en juin 2019 (431), le prix médian n’a augmenté que de 2 %, de 266 000 $ à 272 000 $. Mais elle a mis 18 jours de plus à se vendre, le délai moyen de vente passant de 122 à 140 jours.

Le prix médian d’une unité en copropriété a baissé de 6 % (203 500 $ à 192 000 $) par rapport à juin 2019 et il s’en est vendu 52 % de plus. Le délai de vente était quasiment similaire, de 162 à 165 jours.

Quant aux immeubles de deux à cinq logements, on ne parle que de 13 % de ventes de plus, d’un prix médian de 2 % inférieur (297 500 $ à 292 500 $) et de près d’un mois de délai supplémentaire avant de vendre (130 à 156 jours).

L’économiste Brant ne prédit toutefois pas une tendance baissière des prix dans les prochaines années, Québec demeurant un marché vigoureux au plan économique.

Les ventes de juin dans la RMR de Québec totalisent 268 525 340 $, contre 181 274 304 $ durant le même mois l’an passé, une différence de 48 %.

+

79 % HORS RMR

Si le rebond de juin s’avère impressionnant dans plusieurs centres urbains, il l’est encore plus sur le territoire rural du Québec. À l’extérieur des six RMR, soit Québec, Montréal, Gatineau, Trois-Rivières, Sherbrooke et Saguenay, la hausse du nombre de ventes en juin se chiffre à 79 %.

M. Brant y voit la suite d’un exode de la ville vers la campagne déjà amorcé avant la crise sanitaire. Difficile par contre de dire si cette tendance sera accentuée par la pandémie, qui favorise l’espacement individuel et le télétravail.

Chose certaine, la région de Montréal, particulièrement l’île, en subit les contrecoups. Si la hausse des ventes dans l’ensemble du Québec s’élève de 35 % pour juin 2020 par rapport à juin 2019, elles sont de 16 % dans la RMR de Montréal et seulement de 1 % pour l’île de Montréal.

Le prix médian d’une maison unifamiliale sur l’île de Montréal a néanmoins grimpé de 515 500 $ à 580 000 $ de juin 2019 à juin 2020 (+13 %). Plus du double du prix qu’à Québec pour une propriété comparable. Dans le condo, c’est 18 % de plus cher en un an sur l’île de Montréal, de 330 000 $ à 390 000 $.

Sur les six premiers mois de l’année à Québec, 2020 reste en avance sur 2019 avec 10 % de plus de ventes en nombre et 11 % en argent, alors que les prix font du surplace.

L’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec regroupe environ 70 % des courtiers dans la province.