Les secteurs de l'informatique et du jeu vidéo, bien présents dans Saint-Roch, font partie de ceux où la demande de travailleurs qualifiés est la plus importante.

Main d'oeuvre: Québec recrute de la Roumanie au Brésil

Avec la rareté de main d’œuvre qui n’est pas en voie de s’essoufler, les entreprises de la région sont de plus en plus friandes des initiatives de recrutement de Québec International (QI). L’organisation lancera d’ailleurs cet été sa plus ambitieuse mission virtuelle à ce jour, avec plus de 300 postes à combler.

QI en sera à sa septième mission virtuelle depuis 2013 et à sa 34e mission de recrutement en tous genres en 10 ans. 

Selon Marie-Josée Chouinard, directrice Attraction de talents chez QI, la dernière mission virtuelle d’envergure, tenue en juin 2017 et concentrée en Amérique latine (Brésil, Mexique, Colombie), a permis à 18 employeurs de la grande région de Québec d’atteindre plus de 15 000 candidats. Au terme de l’exercice, 99 embauches ont été réalisées sur 230 postes à pourvoir. Cela semble peu, mais seule «la crème de la crème» a été retenue.

Campagne ambitieuse

Et c’est ce que les employeurs recherchent alors que la main d’œuvre locale qualifiée est insuffisante pour combler les besoins. 

«Le commentaire généralisé de nos employeurs, [qui vont de la PME à la grande entreprise], est que ça faisait des années qu’ils n’avaient pas reçu autant de [curriculum vitæ]», explique
Mme Chouinard en entrevue téléphonique au Soleil.

Les attentes pour la prochaine campagne virtuelle sont encore plus ambitieuses. L’actuel record de 15 000 candidatures est cette fois-ci un minimum. 

QI déploiera au cours de l’été ses différents outils de promotion aux États-Unis, en Amérique du Sud, en France, en Belgique, en Europe et l’Est (Roumanie) et en Afrique du Nord. «C’est une mission de plus grande ampleur. C’est la première fois qu’on fait une mission [virtuelle] à travers le monde», se réjouit Mme Chouinard. QI estime à 25 le nombre d’entreprises qui participeront à cette mission. Un record. Les inscriptions sont toujours en cours et prendront fin le 31 mai.

Après une préselection des candidats, l’étape des entrevues est prévue du 10 au 21 septembre. Il y en aura des centaines, toutes menées dans les bureaux de QI par visioconférence.

Engouement

La hausse prévue du nombre de participants va de pair avec l’engouement généralisé observé chez QI cette année. «On a doublé le nombre d’initiatives et le nombre d’entreprises qui viennent à nos missions de recrutement dans la dernière année», rapporte Mme Chouinard.

Les besoins sont particulièrement criant dans certains secteurs. Selon Mme Chouinard, la demande en informatique «ne se dément pas». «C’est le secteur qui a commencé à recruter en premier et c’est encore un secteur qui recrute de façon assez massive. Il y a vraiment une pénurie», souligne-t-elle, y compris dans le jeu vidéo. Le secteur manufacturier, l’hôtellerie et la restauration sont aussi fortement touchés. 

Le recrutement virtuel est présenté par QI comme étant moins coûteux et sans frontières. 

À 4950 $ le coût d’inscription, qui vient avec divers services, il s’agit d’une aubaine, selon Marie-Josée Chouinard. Le coût réel est trois fois plus élevé, évalue-t-elle. Le reste de la facture est épongé grâce aux partenaires de l’organisation, subventionné par le gouvernement provincial et la Ville de Québec. 

Outre cette mission virtuelle, QI prévoit cet été une mission en personne à Paris avec 37 entreprises en juin, et une autre en Tunisie en juillet, cette fois avec 16 employeurs.